INFOGRAPHIES. Législatives : l'Assemblée prend un coup de jeune historique avec l'arrivée de 28 députés vingtenaires

Il y a cinq ans, seuls deux élus de moins de 30 ans avaient réussi à siéger dans l'Hémicycle.

Le benjamin de l\'Assemblée nationale, Ludovic Pajot (FN), participe à une conférence de presse à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), le 19 juin 2017.
Le benjamin de l'Assemblée nationale, Ludovic Pajot (FN), participe à une conférence de presse à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), le 19 juin 2017. (MAXPPP)
avatar
Yann ThompsonFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Coup de jeune au Palais-Bourbon. A l'issue du second tour des élections législatives, dimanche 18 juin, les électeurs ont envoyé 28 députés vingtenaires à l'Assemblée nationale, sur un total de 577, selon un décompte réalisé par franceinfo. Cette entrée fracassante de jeunes élus constitue un record dans l'histoire de la Ve République.

>> Suivez l'entrée à l'Assemblée des députés dans notre direct

Une large majorité de cette jeune garde est composée de députés de La République en marche (18), suivis par Les Républicains (5), La France insoumise (3), le MoDem (1) et le Front national (1). Le FN peut même se vanter de compter dans ses rangs le nouveau benjamin de l'Hémicycle, âgé de 23 ans : il s'agit du député de la 10e circonscription du Pas-de-Calais, Ludovic Pajot, né en novembre 1993.

Egalement née en 1993, Typhanie Degois devient la benjamine de la majorité. Du fait de l'élection, cette récente diplômée en droit des affaires a décidé de reporter sa participation à l'examen du barreau. Elle se sent attendue au tournant : "Ce sera à moi de redoubler d'efforts pour montrer que jeune ne veut pas dire incompétente ou inexpérimentée", confie-t-elle à franceinfo.

Sandrine Le Feur lors de la soirée électorale du 11 juin 2017, à Morlaix (Finistère).
Sandrine Le Feur lors de la soirée électorale du 11 juin 2017, à Morlaix (Finistère). (MAXPPP)

Certains des jeunes élus sont des néophytes en politique, à l'image de l'agricultrice Sandrine Le Feur (LREM). D'autres entameront leur mandat avec plus d'expérience, comme Gabriel Attal, qui est conseiller municipal LREM à Vanves (Hauts-de-Seine) et ancien conseiller ministériel de Marisol Touraine, ou Robin Reda, qui est maire LR de Juvisy-sur-Orge (Essonne).

Robin Reda participe à un meeting de soutien aux candidats Les Républicains aux législatives, le 20 mai 2017, à Paris.
Robin Reda participe à un meeting de soutien aux candidats Les Républicains aux législatives, le 20 mai 2017, à Paris. (MAXPPP)

Quand Fillon et Baroin étaient les benjamins

Ces élections contrastent avec les dernières législatives, qui n'avaient permis l'arrivée à l'Assemblée que d'une poignée de jeunes élus. En 2012, seuls deux députés avaient été élus avant leur trentième bougie : la frontiste Marion Maréchal-Le Pen (22 ans à l'époque) et le Républicain Gérald Darmanin (29 ans). 

Le précédent record avait été établi en 1958, lors des premières législatives de la Ve République. A l'époque, 10 des 579 députés étaient âgés de moins de 30 ans. En 1968, seuls six élus étaient dans ce cas. Quant aux douze autres législatives organisées sous la Ve République, les doigts d'une main ont suffi à chaque fois pour compter le nombre de jeunes élus dont elles ont accouché.

Au fil du temps, certains de ces députés se sont fait un nom. Le benjamin de la "promo" 1978, Michel Barnier, est devenu ministre, puis commissaire européen, et est désormais le négociateur en chef de l'Union européenne sur le Brexit. Le plus jeune de la cuvée 1981, élu à l'âge de 27 ans, était un certain François Fillon. Il a été élu au même moment que Michel Sapin, alors âgé de 29 ans. En 1993, le benjamin (27 ans) s'appelait François Baroin.