CARTE. Législatives : la France de l'abstention au second tour

L'abstention a battu un nouveau record pour des législatives sous la Ve République, avec 57,36%. Un record aggravé par rapport au premier tour (51,3%).

logo
Nicolas EnaultClément ParrotFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'ABSTENTION (EN % DES INSCRITS)
  • 18,73
  • 88,3

Le mouvement de La République en marche a obtenu la majorité absolue lors du second tour des élections législatives, dimanche 18 juin. Avec 350 sièges pour le bloc LREM-MoDem, Emmanuel Macron devrait avoir les mains libres pour mener ses projets de réforme. Mais la très forte abstention de ce second tour (57,36%), un record pour des législatives, sous la Ve République, relativise la performance du jeune président. 

"Seulement quatre électeurs sur 10 se sont déplacés"

"Seulement quatre électeurs sur 10 se sont déplacés", analyse pour franceinfo le directeur du Cevipof Martial Foucault, "et si certains électeurs En marche ! ne sont pas allés voter pour ce second tour, cela révèle aussi un faible niveau d'adhésion." La forte abstention de cette élection demande des réponses politiques rapides, selon le politologue : "Comment retisser du lien entre les électeurs et leurs représentants ? Même avec de nouveaux visages, on voit bien qu'il y a bien un lien qui est cassé."

Pour expliquer l'abstention, il est aussi possible de s'interroger sur la longue séquence politique qui a vu l'enchaînement des primaires de la droite, de la gauche, la présidentielle et les législatives. "Cela crée une overdose pour les Français avec pas moins de huit dimanches en sept mois", ajoute Martial Foucault. "On pourrait imaginer un seul rendez-vous qui combinerait la présidentielle et les législatives."