CARTE AVANT/APRES. Entre la présidentielle et les législatives, la chute du vote Front national

Au second tour de l'élection présidentielle, Marine Le Pen était en tête dans 45 circonscriptions. Pourtant, un mois plus tard, le Front national n'a obtenu que huit députés.

logo
Nicolas EnaultClément ParrotFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Fn
Fn (NICOLAS ENAULT)

Le Front national ne transforme pas l'essai. Avec huit députés à l'issue du second tour des élections législatives, dimanche 18 juin, le FN ne sera pas en mesure de former un groupe à l'Assemblée nationale. Une déception pour le parti d'extrême droite au regard du score de Marine Le Pen à l'élection présidentielle. La candidate était arrivée en tête dans 45 circonscriptions et pouvait légitiment espérer un nombre important de députés.

>> Découvrez quel député a été élu dans votre circonscription

Les cadres frontistes ont tenté de relativiser en soulignant qu'il passait de deux à huit députés, mais cela reste un échec. "Le Front National reste en deça de 1986 où il avait obtenu 35 députés, donc c'est loin d'être un record historique", analyse le directeur du Cevipof Martial Foucault, "le FN pâtit du mode de scrutin, le fait majoritaire ne lui est pas favorable puisqu'il était présent dans 110 duels."

Le FN n'a jamais été un parti trop parlementarisme

Comment le Front national va-t-il essayer de peser à l'Assemblée dans les cinq prochaines années ? "Le FN n'a jamais été un parti trop parlementarisme, donc les choses ne devraient pas trop changer. Il est très difficile d'exister à l'Assemblée sans groupe, donc il risque d'y avoir quelques effets de tribune mais peu de travail parlementaire...", ajoute Martial Foucault.

En revanche, sur le plan symbolique, c'est important pour le FN d'avoir réussi à placer son chef au Parlement.

Martial Foucault

franceinfo

"Contrairement aux Républicains qui vont sans doute exercer une opposition plus analytique sur les textes, Le Front national et la France insoumise devraient incarner une opposition plus populaire, y compris en faisant appel à la rue, et avec des personnalités forts comme Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen", ajoute le politologue Alexis Massart.