Européennes : Boutin, Trautmann et Besancenot battus, Joly et Dati sauvent leur siège

Certaines personnalités politiques n'ont pas été réélues dimanche. D'autres passent in extremis.

Christine Boutin, présidente d'honneur du Parti chrétien-démocrate, lors d'un meeting de campagne le 17 mai 2014 à Paris.
Christine Boutin, présidente d'honneur du Parti chrétien-démocrate, lors d'un meeting de campagne le 17 mai 2014 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le PS n'est pas le seul à connaître un échec cuisant aux élections européennes en France. Certaines personnalités n'ont pas été élues ou réélues, dimanche 25 mai, alors qu'elles partaient confiantes. Quelques-unes parviennent tout de même à acquérir ou conserver leur siège. Francetv info fait le bilan.

Après les européennes, suivez les réactions en direct

Ceux qui sont battus

Catherine Trautmann. Jusqu'ici présidente du groupe socialiste au Parlement européen et reléguée par la direction du PS à la deuxième place de la liste, Catherine Trautmann se retrouve évincée d'un hémicycle où elle siégeait depuis 1989 (avec une interruption entre 1997 et 2004). La tête de liste du PS dans l'Est, Edouard Martin, est en revanche élu.

Corinne Lepage. Ancienne ministre de l'Environnement entre 1995 et 1997, élue députée européenne en 2009, la présidente du parti écologiste Cap21 se présentait en Ile-de-France. Elle ne parvient pas à obtenir le nombre de voix suffisant pour garder sa place au Parlement européen.

Christine Boutin. La présidente d'honneur du Parti chrétien-démocrate espérait entrer au Parlement européen. C'est raté : elle n'obtient que 1,14% des voix en Ile-de-France, région dans laquelle elle se présentait.

Chantal Jouanno. L'ancienne ministre des Sports se présentait en cinquième position sur la liste UDI-MoDem pour l'Ile-de-France. "Si je siège à Bruxelles, ça voudra dire que là, vraiment, on a fait un super score", avait-elle déclaré à RTL le 18 mai. Ce n'est pas donc pas le cas. En Ile-de-France, seuls deux députés UDI-MoDem ont été réélus : Marielle de Sarnez, numéro deux du MoDem et bras droit de François Bayrou, et Jean-Marie Cavada, ancien président de Radio France.

Olivier Besancenot. Le porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste n'obtient que 0,84% des voix, et rate son entrée au Parlement européen.

Ceux qui sont réélus

José Bové. Sans surprise, la tête de liste EELV dans le Sud-Ouest décroche un deuxième mandat au Parlement européen. En colère dimanche soir après le bon score du FN, il a dénoncé "une escroquerie totale"

Eva Joly. A 70 ans, la magistrate franco-norvégienne, députée européenne depuis 2009, est réélue en Ile-de-France.

Rachida Dati. Egalement élue à Bruxelles depuis 2009, l'ancienne ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy, maire du 7e arrondissement de Paris depuis 2008, est réélue pour l'UMP en Ile-de-France.

Vincent Peillon. Député européen du Nord-Ouest puis du Sud-Ouest entre 2004 et 2012, il avait quitté son poste pour être ministre de l'Education nationale. Il est finalement réélu, alors que le PS est arrivé en troisième position dans le Sud-Est.

Patrick Le Hyaric. Directeur du journal L'Humanité depuis 2000, il conserve son siège au Parlement, obtenu en 2009.

Bruno Gollnisch. Député européen FN depuis 1989 et conseiller régional de Rhône-Alpes depuis 1986, il était en troisième position sur la liste de Jean-Marie Le Pen dans le Sud-Est.