Hauts-de-Seine : le FN cible des subventions attribuées aux cours de danses africaine et orientale

Le FN local dénonce des dépenses en "millions d'euros" pour des "subventions clientélistes" en faveur d'associations "communautaristes". Contacté par francetv info, le parti jure qu'il ne vise pas particulièrement le continent africain. 

Le tract du Front national évoquant "les subventions aux associations communautaristes", pour les élections départementales, le 11 mars 2015.
Le tract du Front national évoquant "les subventions aux associations communautaristes", pour les élections départementales, le 11 mars 2015. (FRONT NATIONAL 92)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Tous les ans, le conseil général du 92 dépense des millions d'euros en subventions clientélistes", lance le tract du Front national des Hauts-de-Seine pour les élections départementales. Premier exemple donné par le FN : "Cours de danse africaine ou orientale."

Ce tract, repéré sur Twitter par un journaliste de Rue89, liste les "subventions clientélistes" distribuées en "milllions d'euros" par le conseil général des Hauts-de-Seine, selon le FN. Sont pointés du doigt, après les danses africaine et orientale : les "associations d'aides réservées aux seuls immigrés, les aides aux pays étrangers (...), les associations de promotion de cultures extra-européennes et la 'diversité', la lutte contre des prétendues discriminations exercées à l'encontre de personnes d'origine extra-européenne." 

"Défendre la culture française"

"Nous assumons la fin du clientélisme et du communautarisme", explique à francetv info Julien Dufour, candidat pour les départementales dans le canton de Boulogne-Billancourt 2 et porte-parole du FN dans les Hauts-de-Seine. "Le département est très endetté, pointe le candidat frontiste, et des dépenses fondamentales sont mises de côté. Il y a donc des coupes à faire. Les activités ludiques ne peuvent pas être la priorité lorsque les comptes sont mal gérés."

Pourquoi cibler les danses africaine et orientale ? "Nous souhaitons défendre la culture française et ces danses ne s'inscrivent pas dans notre héritage culturel", poursuit le candidat FN, qui se défend toutefois de faire de la "préférence nationale". "Nous n'avons rien contre ces danses, mais certaines associations touchent beaucoup d'argent. Et lorsqu'on observe les ramifications avec les dirigeants de ces associations, on trouve très vite le clientélisme et le communautarisme."

Les précédents de Cogolin et Hayange

Si les subventions favorisant les activités ludiques sont dans le viseur du FN, le continent africain est particulièrement visé. Julien Dufour s'en défend. "Ce n'est pas contre un continent. Nous aurions pu parler de la zumba aux racines brésiliennes et latines", dit-il, invoquant "un souci de place, nous devons tout faire rentrer dans un format A4".

Le candidat frontiste donne aussi l'exemple d'une "association qui reçoit 2 millions d'euros de la part du conseil général des Hauts-de-Seine pour faire du fromage arménien. Cela ne sert à rien pour les habitants du département et c'est totalement clientéliste." Mais Julien Dufour n'était pas en mesure de citer l'association en question. Francetv info a consulté la liste des associations bénéficiaires de subventions de la part du conseil général des Hauts-de-Seine (voir document PDF) en 2013 et n'a pas trouvé la trace de cette subvention. 

Ce n'est pas la première fois que la danse orientale est dans le viseur du FN. C'est notamment le cas à Hayange (Moselle) et Cogolin (Var), deux municipalités administrées par le Front national depuis mars 2014. Dans la première commune, la professeure de danse dans une association n'a pas pu animer un atelier de danse orientale pour adultes et pour enfants, car "la danse orientale était incompatible avec le Front national". Dans la seconde ville, le maire a interdit un spectacle de danse orientale lors d'un gala des associations de sa commune.