Auvergne-Rhône-Alpes : ce qui se cache derrière la baisse des indemnités des conseillers annoncée par Wauquiez

Le nouveau président (Les Républicains) du conseil régional a annoncé une baisse de 10% des indemnités des élus. Mais certains auront tout de même droit à une grosse augmentation. Explication.

Laurent Wauquiez lors de la première réunion du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, à l'hôtel de région de Lyon, le 4 janvier 2016.
Laurent Wauquiez lors de la première réunion du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, à l'hôtel de région de Lyon, le 4 janvier 2016. (MAXPPP)

Mis à jour le , publié le

Durant la campagne pour les élections régionales, Laurent Wauquiez avait promis pas moins de 300 millions d'économies en Auvergne-Rhône-Alpes s'il était élu. Un engagement qu'il a concrétisé dès son élection au poste président de la région, lundi 4 janvier. L'élu Les Républicains a, en effet, déjà annoncé 19 millions d'euros d'économies, rapporte Lyon Mag, mardi 5 janvier.

Pour parvenir à ses fins, Laurent Wauquiez a décidé de baisser de 10% les indemnités des élus régionaux, afin d'économiser 8,4 millions d'euros, selon France 2. Il a, en outre, présenté un exécutif ne comptant que 15 vice-présidents, contre 24 vice-présidents et conseillers délégués sous le précédent mandat. Une décision qui devrait rapporter 5,5 millions d'euros à la région.

Les conseillers privés de téléphone portable

Le nombre d'élus siégeant au sein de la commission permanente, à laquelle l'assemblée régionale délègue une partie de ses pouvoirs, sera réduit. Le but est de limiter le nombre de conseillers qui bénéficient d'une majoration de 10% de leurs indemnités et d'économiser 4 millions d'euros.

Dernière mesure annoncée par Laurent Wauquiez : la confiscation de tous les téléphones portables des élus, dont les abonnements ont été suspendus. Le nouveau président de la région Auvergne-Rhône-Alpes espère ainsi économiser un million d'euros.

Une hausse de 26% des indemnités pour certains conseillers

Les coupes budgétaires annoncées, qui devraient être suivies par un "train de mesures" d'ici à mars, ne signifient pas que tous les élus vont voir leurs indemnités réduites. Certains bénéficieront, au contraire, d'une augmentation.

Le montant maximal des indemnités des conseillers est, en effet, calculé en fonction du nombre d'habitants vivant dans leur région, note Marianne. Il est de 1 520 euros brut mensuels pour une région de moins d'un million de personnes, contre 2 661 euros brut pour celles de plus de 3 millions d'habitants.

La fusion des régions va ainsi permettre aux élus venus d'Auvergne de bénéficier d'une augmentation importante. Même avec la baisse de 10% des indemnités voulue par Laurent Wauquiez, qui fixerait le montant maximum des indemnités à 2 395 euros brut, les Auvergnats verraient leurs revenus augmenter de 26%, selon l'hebdomadaire.