VIDEO. Qu'a donné l'interdiction temporaire des poids lourds à Chamonix ?

La mesure envisagée à Paris a été testée pendant trois jours à Chamonix début janvier, pendant un pic de pollution. France 2 revient sur les résultats de cette expérience.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

Anne Hidalgo envisage de bannir les poids lourds et les cars de Paris dès cet été. Une mesure similaire a été prise pendant trois jours début janvier à Chamonix, au pied du Mont-Blanc, dans la vallée de l'Arve. Les poids lourds les moins propres, qui représentent 10% du trafic, ont eu l'interdiction d'emprunter le tunnel du Mont-Blanc.
Cette mesure d'exception a été prise par le préfet, alerté par les pics répétés de pollution : 45 jours en 2014, alors que la limite européenne est de 35 jours.

La pollution a baissé de moitié

Les gendarmes ont donc procédé à des filtrages drastiques, une mesure bien accueillie par les habitants. Mais beaucoup moins par les chauffeurs refoulés. "J'ai un boulot, j'ai des commandes à livrer, je dois être à certains endroits à certaines heures", pestait un chauffeur polonais auprès de France 2.
Résultats de l'expérimentation : la pollution a diminué de moitié. Cependant, cette baisse est en grande partie due à l'arrivée d'une perturbation. L'impact de l'absence de poids lourds a joué un rôle que les scientifiques tentent de mesurer. Les associations écologiques, elles, préconisent une interdiction plus systématique et prolongée.
À Chamonix, les poids lourds ne sont pas les seuls à contribuer à la pollution : le chauffage au bois est aussi largement impliqué.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des voitures et poids-lourds dans le blizzard, sur une autoroute à 180 km au sud de Belgrade (Serbie), le 11 février 2012.
Des voitures et poids-lourds dans le blizzard, sur une autoroute à 180 km au sud de Belgrade (Serbie), le 11 février 2012. (SASA DJORDJEVIC / AFP)