Opération escargot des forains en Ile-de-France : les camions ont été "verbalisés en temps réel"

La circulation a été très perturbée sur certains axes menant à Paris, lundi. Les forains protestent contre la suppression du marché de Noël sur les Champs-Elysées.

Des camions de forains sont arrêtés par la police à Saint-Cloud, près de Paris, le 6 novembre 2017.
Des camions de forains sont arrêtés par la police à Saint-Cloud, près de Paris, le 6 novembre 2017. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Matinée compliquée sur les routes franciliennes. Après plusieurs jours de discussions infructueuses avec la préfecture de police de Paris, les forains ont organisé, lundi 6 novembre, des opérations escargot sur les autoroutes menant aux entrées de Paris pour dénoncer la suppression de leur marché de Noël sur les Champs-Elysées. Un cumul maximal de bouchons de 480 km a été enregistré en début de matinée, contre 300 pour un lundi habituel.

Et nombreux sont les automobilistes qui se sont interrogés sur la légalité de ces actions. Franceinfo a contacté la préfecture de police, qui explique que les poids lourds "étaient verbalisés en temps réel pour entrave à la circulation publique", comme le prévoit le Code de la route. A 14 heures, la préfecture n'était pas encore en mesure de donner des détails sur ces verbalisations.

Des poids lourds "contenus" sur des sites

Les forains en colère ont perturbé la circulation sur certains grands axes. Au sud-ouest de la capitale, l'A13 a été bloquée dès l'aube et la nationale 118 a été brièvement coupée. Des bouchons ont également été recensés à l'est sur l'A4 vers Paris, au sud sur l'A6 et dans le sud-est sur la RN19. Le trafic sur l'A86 a également été fortement perturbé, du fait du report de la circulation. 

Ces perturbations ont finalement atteint le périphérique parisien, à proximité de la porte Maillot. Mais pour empêcher les camions de pénétrer dans Paris pour rejoindre les Champs-Elysées, un important dispositif policier avait été déployé dès 4 heures du matin. Dans un communiqué, la préfecture de police de Paris s'est félicitée d'avoir "contenu" les "nombreux camions" de forains "sur des sites n'impactant pas la circulation routière, notamment sur un terrain porte de la Muette".

Bloquer la circulation publique peut parfois coûter très cher. En 2009, la Cour européenne des droits de l'homme a confirmé la condamnation d'un chauffeur routier à une peine de trois mois d’emprisonnement avec sursis et 1 500 euros d’amende, pour avoir participé à une opération escargot menant à un "blocage total de la circulation".