Le wi-fi arrive dans les TGV "17 ans après son introduction en France"

Le président du think tank Renaissance numérique, Henri Isaac, s'est désolé, mardi sur franceinfo, de l'arrivée tardive du wi-fi dans les TGV. Il est mis en place à partir de jeudi entre Paris et Lyon.

TGV entre Paris et Bordeaux, le 11 décembre 2016.
TGV entre Paris et Bordeaux, le 11 décembre 2016. (MEHDI FEDOUACH / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

"Pour les Français, la connectivité, c'est quelque chose d'aussi normal que d'avoir de l'électricité", a déclaré Henri Isaac, sur franceinfo mardi 13 décembre. Le président du think tank Renaissance numérique est revenu sur l'arrivée du wifi dans les TGV entre Paris et Lyon à partir du jeudi 15 décembre.

franceinfo : Le wi-fi arrive dans les TGV, la France est-elle en retard ?

Henri Isaac : Oui, 17 ans après l'introduction du wi-fi en France. Les premiers ordinateurs wi-fi, c'était en 1999. On veut bien comprendre qu'il y a des difficultés techniques mais 17 ans pour les résoudre, c'est beaucoup !

Comment expliquer ce retard ?

Au départ, la classe dirigeante a considéré que c'était quelque chose de gadget. Cependant, aujourd'hui, 65% des Français considèrent qu'il faut être connecté pour être intégré dans la société française. Il y a eu un retard à l'allumage dans la compréhension des enjeux d'intégration et d'inclusion que constituait le numérique pour les Français. La connectivité est devenue quelque chose d'aussi normal que d'avoir de l'électricité.

Sommes-nous des mauvais élèves en la matière ?

On accuse du retard sur le très haut-débit en Europe. L'ADSL nous a fait beaucoup progresser et ensuite on s'est reposé sur nos lauriers. On va investir massivement jusqu'en 2020 pour rattraper un retard sur le très haut-débit, mais ce n'est pas certain qu'on le fasse. En 4G, on avait démarré avec du retard, on est en train de le rattraper. Mais sans cette connectivité généralisée, on aura du mal à rattraper les meilleurs d'Europe.

Y a-t-il toujours des zones blanches en France où il n'y a pas d'Internet mobile ?

Oui et il y a de nouveaux enjeux qui émergent. Il faut réfléchir, non pas en couverture de population, mais en couverture de zone et couverture rurale. Cette dernière reste encore à l'écart de cette connectivité générale.

Est-ce vraiment grave d'avoir pris du retard dans l'équipement en Internet mobile sur le territoire ?

Cela a quelques conséquences sur le développement des usages pour faire émerger des entreprises qui puissent tirer parti de ça. On accumule dans le domaine des TPE-PME un retard assez conséquent quand on compare avec le reste de l'Europe. Il y a des conséquences économiques à cela.