La SNCF dément vouloir limiter le nombre de bénéficiaires de billets gratuits

Des documents internes consultés par "Le Parisien" prévoient d'exclure les parents, grands-parents et beaux-parents des cheminots des bénéficiaires de ces avantages. De son côté, la compagnie ferroviaire assure que la "modification des bénéficiaires n'est pas d'actualité".

Les 150 000 agents de la SNCF, mais aussi certains membres de leur famille, bénéficient de billets gratuits ou à tarif préférentiel (photo d\'illustration).
Les 150 000 agents de la SNCF, mais aussi certains membres de leur famille, bénéficient de billets gratuits ou à tarif préférentiel (photo d'illustration). (VINCENT ISORE/IP3/MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La baisse des avantages des cheminots est-elle sur les rails ? La direction de la SNCF souhaiterait revoir les conditions des billets gratuits, ou à tarif préférentiel, dont bénéficient les 150 000 agents de la compagnie ferroviaire et leur famille, selon des informations publiées par Le Parisien, lundi 11 septembre. 

Selon les documents internes consultés par le quotidien, ces billets se limiteraient au noyau familial du cheminot. En clair, les parents, grands-parents et beaux-parents ne pourraient plus être les bénéficiaires de ces avantages. Néanmoins, ces billets avantageux pourraient être étendus aux beaux-enfants. Mais la SNCF dément dans un communiqué vouloir toucher à ces avantages. 

Un coût estimé entre 50 et 100 millions d'euros

"Seule la question de la digitalisation et de la dématérialisation des pièces nécessaires à ces ayants droits pour en justifier est inscrite à l'ordre du jour des discussions avec les organisations syndicales. Ces denières ont déjà été informées que cette dématérialisation se ferait à périmètre constant des bénéficiaires", écrit la compagnie.

La restriction des bénéficiaires de la gratuité des billets est pourtant une "exigence de l'Acoss [Agence centrale des organismes de Sécurité sociale]", explique la SNCF dans ces documents internes. C'est aussi la cible régulière de la Cour des comptes. Cette dernière estime que ces billets coûtent entre une cinquantaine de millions et plus de 100 millions d'euros par an à la compagnie.