La SNCF partenaire d'Airbnb : une "honte" pour les hôteliers

Le site de réservation voyages-sncf.com teste un partenariat avec Airbnb et Ouicar pendant quelques mois. Les professionnels de l'hôtellerie dénoncent des alliances contre nature. Face à la fronde, la filiale de la SNCF promet de rencontrer "au plus vite" les syndicats.

(Capture d'écran du site voyages-sncf.com)
Radio France

Mis à jour le
publié le

"Votre voyage vous fait gagner de l'argent." Avec cette formule, le site de réservation de la SNCF cherche à appâter ses clients, en leur proposant de louer leur appartement, leur maison ou leur voiture pendant leur absence. Pour cela, Voyages-sncf.com lance un partenariat avec AirbnB , pour les logements, et avec Ouicar, site de location de voitures entre particuliers. Pour ces plateformes, il s'agit évidemment de gagner de nouveaux membres.

Quant à la SNCF, cela peut lui permettre de vendre davantage de billets, en faisant voyager ceux qui trouvent le train trop cher, en particulier le TGV. Pour l'heure, il ne s'agit que d'un test pour six mois. Mais Voyages-sncf.com estime déjà que cela pourrait intéresser 10% de ses clients d'ici trois ans. Le site accueille sept millions de visiteurs chaque mois. Ce qui n'est pas du goût de tout le monde.

"Est-ce que c'est au contribuable de payer ?"

Les hôteliers se disent choqués. La SNCF s'allie avec leur bête noire Airbnb et ils craignent d'y perdre des clients. D'où la colère de Didier Chenet, président du Synhorcat, syndicat indépendant de l'hôtellerie et de la restauration : "Comment une entreprise publique subventionnée par l'Etat et par le contribuable peut-elle nouer un partenariat avec une société étrangère qui, par des artifices, réussit à ne déclarer que 5% de son chiffre d'affaires en France ? Est-ce que c'est au contribuable de payer le développement d'une telle société. C'est une honte ."

  

"Comment une entreprise publique subventionnée par l'Etat et par le contribuable peut-elle nouer un partenariat avec une société étrangère qui par des artifices réussit à ne déclarer que 5% de son chiffre d'affaire en France" (Synhorcat)
--'--
--'--

Face à la fronde, Voyages-sncf.com a promis ce mardi qu'elle allait rencontrer "au plus vite" les acteurs de l'hôtellerie, afin de "continuer à renforcer leur collaboration".  La filiale de la SNCF a par ailleurs démenti les rumeurs selon lesquelles elle donnerait des billets de train gratuits à Airbnb.