L'aéroport de Bruxelles-Zaventem restera fermé juqu’à lundi inclus

Le plus grand aéroport belge, qui accueille 23 millions de passagers par an, soit l’équivalent d’Orly, ne rouvrira pas ses portes aux passagers avant mardi prochain.

(Les travaux d'investigation liés à l'enquête judiciaire dans le terminal de l'aéroport sont achevés mais il ne sera pas prêt à accueillir les passagers avant mardi prochain © REUTERS/Geert Vanden Wijngaert)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Plus aucun avion ne décolle ou n’atterrit de Zaventem depuis mardi dernier et l’attentat qui a fait 31 morts et 270 blessés. Une fermeture qui va donc durer une semaine complète, jusqu'à lundi prochain inclus, a annoncé samedi la société gestionnaire Brussels Airport. "Plus de quatre jours après les attentats survenus à Brussels Airport, les travaux d'investigation liés à l'enquête judiciaire dans le terminal de l'aéroport sont achevés", mais "la reprise des activités passagers ne devrait pas avoir lieu avant le mardi 29 mars", déclare-t-elle.

Rendre les bagages

L'aéroport avait auparavant fait savoir qu'il resterait fermé jusqu'à dimanche inclus. Une fermeture qui impose toute une logistique. Car il faut aussi rendre bagages et voitures aux passagers qui avaient dû quitter précipitamment les lieux mardi dernier. Alors même que débutent ce week-end les vacances de Pâques, Patrick attend devant le Crown Plaza qu’une navette l’emmène récupérer l’un des 6.000 véhicules bloqués depuis mardi au parking. On est à 3km de l’aéroport. "J’ai noté ce qui était dit sur Internet, aller au Crown Plaza avec mes documents de voiture et mon ticket ", raconte-t-il. Seule consigne : ne pas photographier les lieux.

Les bagages sont aussi désormais disponibles dans d’immenses hangars et toute cette organisation, c’est l’équipe de l’aéroport qui la gère. Elle travaille d’arrache-pied, assure la porte-parole Florence Muls. "Il y a énormément de volontaires qui sont ici aussi bien pour les véhicules que pour les bagages. Nous faisons aussi des campagnes de communication vers les passagers pour les informer sur l’état des choses, il y a tout un soutien psycho-social. Toute une machinerie s’est mise en route pour faire face à cette crise" , explique-t-elle.

Les avions déroutés

Les 600 vols quotidiens ont dû eux aussi être répartis. La compagnie belge Jet air, la deuxième du pays, a choisi de dérouter tous ses vols dès mardi dernier vers des aéroports régionaux. Une navette de bus gratuite pour faire la liaison entre Bruxelles et les différents aéroports a été mise en place. Et tout cela a un coût que ni les compagnies, ni l’aéroport n’osent encore révéler.

Le reportage, à Bruxelles, d'Alice Serrano
--'--
--'--