Le premier syndicat de pilotes d'Air France dit "oui" à une nouvelle compagnie

Le feu vert du SNPL était indispensable pour l'application du plan d'Air France, "Trust Together", dont le projet de moyen et long-courriers low cost Boost est une composante essentielle. 

Des avions de la compagnie d\'Air France sur le tarmac de l\'aéroport d\'Orly, le 18 septembre 2014.
Des avions de la compagnie d'Air France sur le tarmac de l'aéroport d'Orly, le 18 septembre 2014. (ERIC FEFERBERG / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Boost devrait bien voir le jour. En effet, le premier syndicat de pilotes d'Air France a validé la création de la compagnie à coûts réduits sur moyen et long-courrier, annonce le SNPL, dans un communiqué, lundi 17 juillet. Le feu vert de ce syndicat était indispensable pour l'application du plan d'Air France, "Trust Together", dont le projet de filiale est une composante essentielle. Le taux de participation au scrutin a atteint près de 83%, selon le syndicat.

Des vols pourraient partir dès cet hiver

La consultation offrait trois options aux pilotes : dire "oui" au projet d'accord, "oui" à un texte amendé par le SNPL mais non reconnu par la direction, ou "non" aux deux. Le projet stratégique de l'entreprise a été validé par 78,2% de ses adhérents. La filiale pourrait donc décoller dès le début du programme d'hiver 2017-2018, avec six avions moyen-courriers et vers quatre destinations. A terme, la compagnie comptera 18 moyen-courriers et 10 long-courriers, destinés à contrer l'appétit des low cost et des compagnies du Golfe.

Le SNPL a accepté à reculons le principe d'une filiale, se pliant au résultat d'un vote des pilotes. Mais il a obtenu en échange que les vols Boost soient opérés par des pilotes d'Air France, avec des conditions de travail et de rémunération inchangées. Les hôtesses et stewards seront en revanche recrutés en externe, à un coût inférieur à celui d'Air France, et une partie du personnel au sol sera externalisé.