Affaire de la chemise arrachée : la CGT recase les quatre salariés d'Air France licenciés pour "faute lourde"

Le secrétaire général du syndicat, Philippe Martinez, s'est saisi lui-même du dossier. 

Les salariés d'Air France manifestent en soutien aux quatre personnes licenciées pour "faute lourde", le 2 décembre 2015, devant le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-denis). 
Les salariés d'Air France manifestent en soutien aux quatre personnes licenciées pour "faute lourde", le 2 décembre 2015, devant le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-denis).  (MAXPPP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les quatre salariés d'Air France licenciés pour "faute lourde" en novembre dernier ont retrouvé du travail. Selon Europe1.fr, qui révèle l'information lundi 21 mars, c'est la CGT qui les a recasés. Ils travaillent désormais comme manutentionnaires chez un imprimeur. 

Une volonté de les réintégrer à la compagnie

La radio affirme que le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, s'est impliqué personnellement dans ce dossier. Le patron a suivi le dossier de près, recevant les quatre hommes licenciés au siège du syndicat, à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Ces derniers ont bénéficié du puissant Syndicat du livre, contrôlé par la CGT. Ils travaillent désormais dans quatre imprimeries du même groupe. 

Deux d'entre eux ont déjà repris le travail, en étant vacataires et payés à la journée. Les deux autres doivent reprendre à la fin de la semaine. Contacté par Europe1.fr, l'un d'eux juge toutefois cette situation "trop précaire". Dans la matinée, Philippe Martinez, invité d'i-Télé, a laissé entendre que le scénario pourrait être temporaire : "La bataille d'Air France n'est pas terminée. (...) Nous réclamons que ces quatre salariés d'Air France soient réintégrés."