Des passionnés ont pu dire adieu au "mythique" Boeing 747 d'Air France

La compagnie avait organisé deux vols spéciaux, ouverts au public, avant que ses Boeing 747 n'aillent voler vers d'autres cieux. 

Un Boeing 747 de la compagnie Air France stationne au musée de l'air et de l'espace, le 19 juin 2014, au Bourget. 
Un Boeing 747 de la compagnie Air France stationne au musée de l'air et de l'espace, le 19 juin 2014, au Bourget.  (MAXPPP)

Mis à jour le , publié le

C'est l'heure de la retraite pour un géant des airs. Air France a affrété deux vols spéciaux pour dire adieu à ses Boeing 747, jeudi 14 janvier. Une poignée de chanceux (sur 30 000 demandes, selon Les Echos) ont pu embarquer sur l'un de ces appareils pour un dernier tour de France vu du ciel.

Pour pouvoir y prendre part, Aubin a ainsi harcelé le service commercial de la compagnie lorsque l'information est tombée début décembre. "J'ai appelé environ 200 fois", sourit cet étudiant féru d'aviation, ravi qu'Air France ouvre les places aux clients. Il a fini par débourser 220 euros pour obtenir son précieux sésame : une carte d'embarquement. 

Une météo capricieuse

La journée a débuté à 9 heures et les appareils, tous les deux complets, ont décollé à 10 heures puis 11 heures pour un vol d'environ 3 heures. Les passagers ont survolé le lac Léman, le mont Blanc, les calanques de Marseille, le bassin d'Arcachon, la Bretagne, avant de revenir à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. 

"Malheureusement, la météo a été capricieuse et on a eu beaucoup de couverture nuageuse. Nous n'avons pas pu voir le mont Blanc ni la Côte d'Azur. Ça s'est dégagé à partir de Bordeaux", raconte Franck, 46 ans, qui a reçu le billet comme cadeau de Noël. 

"Le 747, un avion mythique"

Qu'importe la météo, pour les deux hommes (et les autres passagers), l'essentiel était d'être à bord. "Le 747 est un avion mythique. J'ai des souvenirs de cet avion quand j'étais gamin, dans les films, se souvient Franck. C'est un appareil spacieux, qui invite au voyage, où il n'y avait pas seulement le côté commercial."

A bord, les passagers ont donc pu visiter à leur guise l'appareil, en prenant des photos, en montant à l'étage ou en découvrant la classe business. "L'ambiance était très détendue. Nous avons pu discuter avec les membres d'équipage, on pouvait se déplacer", raconte Aubin, qui voyageait à bord d'un appareil vieux de 23 ans. A l'arrivée, les Boeing 747 d'Air France ont été accueillis en grande pompe par les curieux venus assister à l'atterrissage et les pompiers qui ont arrosé les appareils. 

Les 747 vont désormais retourner à leur loueur ou finir leur vie sous pavillon asiatique. Les quelques privilégiés ont repris leur route, les étoiles dans les yeux. "Je suis très heureux d'avoir fait partie de ce dernier vol", conclut Franck.