Espagne : l'économiste français Thomas Piketty conseille le parti anti-libéral Podemos

L'auteur du "Capital au XXIe siècle" vaut aider le parti de gauche espagnol à mettre au point un "plan intégral de lutte contre la pauvreté".

Thomas Piketty participe à un débat autour de son livre \"Le Capital au XXIe siècle\", à Paris, le 15 juin 2015.
Thomas Piketty participe à un débat autour de son livre "Le Capital au XXIe siècle", à Paris, le 15 juin 2015. (YANN KORBI / CITIZENSIDE.COM / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le leader du parti espagnol de gauche anti-libérale Podemos, Pablo Iglesias, a enrôlé l'économiste français Thomas Piketty dans sa campagne contre l'austérité en Europe. L'auteur du best-seller international Le capital au XXIe siècle va officiellement conseiller Podemos et son candidat au poste de chef du gouvernement espagnol en novembre, ont annoncé les deux hommes, lors d'une conférence de presse commune à Paris, lundi 7 septembre. L'économiste et Podemos vont travailler sur "un plan intégral de lutte contre la pauvreté" en Espagne, a indiqué Nacho Alvarez, un économiste de Podemos.

Piketty veut "faire bouger l'équilibre politique en Europe"

L'économiste français, très critique de la politique de François Hollande, a expliqué la raison de son engagement en Espagne. "J’ai une sympathie particulière pour Podemos, car je pense que nous avons besoin d’un renouvellement des pratiques démocratiques en Europe. Cela dit, il est bien clair pour tout le monde que Podemos et le Parti socialiste espagnol (PSOE) ne peuvent gagner qu’ensemble, donc je parle aux deux", a précisé l'économiste français, cité par Les Echos.

Thomas Piketty a également répété ses critiques envers le nouveau plan d'aide et de rigueur imposé à la Grèce, tout en soutenant l'idée d'un Parlement de la zone euro avancé par François Hollande. "Nous avons besoin d’un changement de gouvernement en Espagne afin de faire bouger l’équilibre politique en Europe et démocratiser le fonctionnement de la zone euro, notamment avec la création d’un Parlement de la zone euro pour superviser les politiques budgétaires. Et c’est cela le plus important pour moi", a-t-il ajouté.