Salon du tatouage à Paris : et si c'était le 10e art ?

Le tatouage s'est largement démocratisé en France, au point que les tatoueurs disent être des artistes.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

C'est le Salon du tatouage en ce moment à Paris. Véritable seconde peau pour certains, le tatouage se décline dans tous les styles : impressionniste, tribal, graphique, voire même cartoon. Un Français sur dix serait tatoué. C'est moins qu'aux États-Unis, un sur trois, mais la tendance est bien là. Depuis 10 ans, la pratique n'est plus réservée aux bad boys. "Tout le monde se fait tatouer, ça va du juge d'instruction au facteur, au médecin", explique Thomas Boulard, tatoueur à Lyon (Rhône).

Des artistes

La technique reste douloureuse, alors certains hésitent encore. "J'ai très peur", témoigne une femme. Mais une fois qu'on y a goûté, on y revient, forcément. "J'en ai fait un, puis deux, puis trois", glisse une cliente. Explosion de la demande et donc de l'offre, ils sont 4 000 professionnels aujourd'hui en France à se partager le marché et à se dire artistes, un combat mené en son temps par le cinéma ou la BD. Le tatouage pourrait alors être reconnu comme le 10e art.

Le JT
Les autres sujets du JT
Bastien Durocher, candidat du Front national aux élections municipales à Châteauroux (Indre), a été exclu de la liste du parti, le 14 février 2014. Il a été écarté après la diffusion de photos le montrant avec un tatouage nazi : un blason de la Division Charlemagne de la Waffen-SS.
Bastien Durocher, candidat du Front national aux élections municipales à Châteauroux (Indre), a été exclu de la liste du parti, le 14 février 2014. Il a été écarté après la diffusion de photos le montrant avec un tatouage nazi : un blason de la Division Charlemagne de la Waffen-SS. ( MAXPPP)