L'économie britannique a replongé dans la récession pour la deuxième fois depuis la crise financière de 2008, selon des données officielles publiées mercredi 25 avril. D'après l'Office national des statistiques, le PIB de la Grande-Bretagne s'est contracté de 0,2% au premier trimestre 2012 après avoir déjà diminué de 0,3% lors des trois derniers mois de 2011. Une baisse consécutive sur deux trimestres qui définit techniquement l'entrée en récession.

Les économistes s'attendaient à une croissance faible, autour de 0,1%, mais pas négative. Leurs prévisions ont été mises à mal par la chute de la production dans le secteur de la construction, la plus forte en trois ans. La croissance a également été anémique dans les services tandis que la production industrielle chutait.

Cette contre-performance place le Premier ministre conservateur, David Cameron, dans une situation difficile : elle devrait en effet relancer les critiques sur la politique d'austérité draconienne de son gouvernement, une politique accusée par l'opposition travailliste d'avoir "tué la croissance" au nom d'une lutte acharnée contre les déficits.

La livre sterling est repartie en nette baisse face à l'euro et au dollar dès l'annonce de la contraction de l'économie britannique.