Comment Orange, Free et SFR veulent se partager Bouygues Telecom

Orange envisage de racheter la filiale télécom du groupe Bouygues, ce qui entraînerait un retour à une concurrence entre trois opérateurs.

Le siège de Bouygues Telecom, le 23 juin 2015, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).
Le siège de Bouygues Telecom, le 23 juin 2015, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). (ERIC PIERMONT / AFP)

Mis à jour le , publié le

A toi les fréquences, à moi les plus gros clients, à lui les restes. Free, Orange et SFR se sont mis d'accord sur un schéma de partage des actifs de Bouygues Telecom, affirme, vendredi 12 février, le site du Figaro, précisant que tout n'est pas encore tranché. Ces discussions s'inscrivent dans le cadre du rachat par Orange de la filiale télécom du groupe Bouygues.

Free "est prêt à racheter l'essentiel" des fréquences de la filiale de Bouygues, mais "est plus réservé" en ce qui concerne les réseaux, selon le quotidien. Concernant le partage des 12 millions de clients mobile, fixe et entreprises de Bouygues Telecom, Orange veut s'accaparer les 2 millions de clients haut de gamme, tandis que Free et SFR se partageraient les clients restants (B&You, Bbox et professionnels), précise Le Figaro, sans identifier ses sources.

Quel avenir pour les employés de Bouygues ?

Plusieurs points de discorde perdurent, notamment sur le volet social et le sort des 8 000 salariés de Bouygues Telecom. "Free pourrait reprendre des salariés, notamment ceux associés aux réseaux", mais, la question est "plus ardue sur les boutiques et leurs employés". D'après le quotidien, Free "pourrait en acquérir une cinquantaine sur 550. Les autres pourraient être transférés à un acteur hors du champ des télécoms".

En tout état de cause, tout accord entre les trois opérateurs devra encore être approuvé par l'Autorité de la concurrence. Mi-janvier, le président de l'Arcep, le gendarme du secteur des télécoms, avait tracé des "lignes rouges""Il ne faut pas que cette transaction, si elle se fait, résulte en un renforcement de la position d'Orange", avait-il déclaré.