Elections professionnelles dans les TPE : deux syndicats demandent de repousser le délai, faute de votants

Moins de 5% des inscrits se sont exprimés pour l'instant. 

Myriam El Khomri, la ministre du Travail, le 7 décembre 2016 à l\'Elysée, à Paris. 
Myriam El Khomri, la ministre du Travail, le 7 décembre 2016 à l'Elysée, à Paris.  (ERIC FEFERBERG / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La représentativité des syndicats est en jeu. Quelques jours après une demande similaire de la CGT, Solidaires a demandé à la ministre du Travail, lundi 9 janvier, de repousser le délai de prise en compte des votes par courrier aux élections professionnelles dans les TPE. Motif : un très faible taux de participation. "Moins de 5% des inscrits se sont exprimés à cette heure", écrit le syndicat dans une lettre à Myriam El Khomri rendue publique par le syndicat.

Le vote, par courrier ou électronique, est ouvert jusqu'au 13 janvier pour la métropole (20 janvier pour l'Outre-Mer).

Des élections cruciales

Pour permettre une participation plus importante, Solidaires demande "que soient pris en compte et dépouillés les bulletins de vote arrivant par courrier au centre de traitement jusqu'au début du dépouillement, c'est-à-dire le 30 janvier", au lieu du 16 janvier prévu actuellement.

"Cette mesure, extrêmement simple et dans la logique de ce qui avait été mis en place lors du précédent scrutin, permettrait sans doute à des milliers de salarié-es supplémentaires de s'exprimer", estime ce syndicat.

Ces élections sont cruciales pour les salariés : elles vont permettre de désigner les représentants syndicaux dans les futures commissions paritaires régionales (CPRI), instances qui vont représenter, défendre et conseiller les salariés, ainsi que les entrepreneurs. Elles vont aussi permettre de désigner les conseillers prud'homaux. Enfin, le résultat sera pris en compte dans le calcul de la représentativité des syndicats nationaux.