Seine-Saint-Denis : le RSA menacé

En Seine-Saint-Denis, les élus mettent la pression sur l'État pour que celui-ci finance lui-même le RSA.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Une trentaine de départements menacent de ne plus verser certaines prestations sociales comme le RSA. Ces collectivités territoriales n'ont plus un sou en caisse. Elles ont même des dettes en raison des baisses des dotations de l'État et aussi parce qu'il y a de plus en plus de bénéficiaires.

Des investissements menacés

Dans la Caisse d'allocations familiales de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), chaque jour, plus d'une dizaine d'inscriptions au Revenu de solidarité active, le RSA, sont enregistrées. Le RSA est versé par le département depuis 2004. En Seine-Saint-Denis, le nombre de bénéficiaires est en constante augmentation, de 78 131 en 2010, à plus de 100 000 l'an dernier.

Problème, l'enveloppe versée par l'État n'a pas évolué. Du coup le RSA pèse de plus en plus  lourd dans le budget du département, c'est sa première dépense. Les autres investissements, comme la création d'un gymnase, s'en voient menacés. "Le RSA c'est une dépense de solidarité nationale, elle doit être financée sur le budget de l'État", affirme pour sa part Stéphane Troussel, président du conseil départemental.

Le JT
Les autres sujets du JT