Richard Branson et Arianespace discutent pour lancer des centaines de satellites

Le milliardaire britannique Richard Branson a rencontré mardi la ministre de la Recherche et le patron d'Arianespace, pour parler d'un projet très ambitieux : le lancement de plusieurs centaines de satellites pour fournir un accès Internet partout sur Terre. On en est aux premières discussions mais si le projet se réalise ce sera un marché énorme pour Arianespace.

(Greg Willer, Geneviève Fioraso, Richard Bronson et Stéphane Israël lors de leur entrevue mardi © DR)
Radio France

Mis à jour le
publié le

L'idée du milliardaire est simple : fournir un accès Internet simple et avec un débit important sur tous les points de la planète. Richard Branson était à Paris mardi, où il a rencontré la ministre de la Recherche et le patron d'Arianespace. Son projet passe par une constellation de satellites d'une centaine de kilos chacun. On parle de 680 satellites dans un premier temps, qui seraient placés en orbite à 1 200 kilomètres d'altitude.

Premières discussions avant un contrat

Ces satellites enverraient leurs données vers des bornes relais qui seraient installées au sol. Mardi, Richard Branson était accompagné de Greg Wyler. Son nom ne vous dira rien mais il a fondé une société qui s'appelle "O3b", pour "Other 3 billion" en référence aux 3 milliards de personnes qui aujourd'hui n'ont pas accès à Internet. 

Et il se trouve que c'est le seul homme au monde à posséder aujourd'hui une licence sur des fréquences lui permettant d'exploiter ce type de satellites. Une précision tout de suite, pas de contrat signé on en est encore loin, on est au niveau des premières discussions.

Pourquoi Richard Branson est-il venu à Paris ?

Parce qu'il est très intéressé par Arianespace qui est aujourd'hui incontournable dans le secteur du lancement des satellites. Avec Véga, Soyouz et Ariane 5, la société dispose d'une grande flexibilité pour les lancements que ce soit sur les dates ou sur les capacités de lancement. 

Stéphane Israël, président directeur général d'Arianespace, se veut prudent et parle d'un "premier contact"
--'--
--'--

Cette rencontre s'est déroulée dans le bureau de la secrétaire d'Etat à la recherche. Et là encore ce n'est pas un hasard. Richard Branson a souhaité rencontrer Geneviève Fioraso pour s'assurer que le ministère voyait ce projet d'un bon oeil et que la France était prête à l'appuyer. Et Geneviève Fioraso l'a rassuré sur ce point.

 

Geneviève Fioraso la ministre de la Recherche
--'--
--'--

A-t-on une idée du calendrier ?

Il faut rester prudent, d'ailleurs tant du côté du ministère que d'Arianespace on parle pour l'instant de projet, de lancement d'appel d'offre. Mais Richard Branson n'est pas homme à lancer un projet en l'air. D'ailleurs il devrait se rendre à Davos dans les prochaines heures pour présenter son projet. 

Mais ce projet, s'il se fait doit aboutir rapidement puisque les droits de Greg Wyler sur les fréquences courent jusqu'en 2018-2020. Cela veut dire que les premiers lancements de satellites devraient intervenir avant 2020. On pourrait avoir la réponse dans les tous prochains mois.

Stéphane Israël, président directeur général d'Arianespace, se dit prêt si Arianespace est choisi
--'--
--'--