Produits transformés : l'origine de la viande inconnue dans la moitié des cas

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a scruté à la loupe les étiquettes de 244 produits transformés de 20 marques. Le constat est accablant. Au total, 54 % des produits font l’impasse sur l’origine de la viande.

(Seul un quart des produits à base de poulet portent la mention du pays d'origine © Martin Lee / Rex Featur/REX/SIPA)
Radio France

Mis à jour le
publié le

D'où viennent le poulet dans mes nuggets et le boeuf de ma sauce bolognaise ? Trois ans après le scandale des lasagnes à la viande de cheval, la provenance de la viande utilisée dans les plats préparés en France reste un mystère. Selon une étude rendue publique par UFC-Que Choisir, principale association de consommateurs en France, seule une étiquette sur deux de plats transformés précise l'origine de la viande.

54 % des produits à l'origine inconnue

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a scruté à la loupe les étiquettes de 244 produits transformés de 20 marques, le constat est accablant. Au total, 54 % des produits transformés à base de viande (charcuterie, raviolis, plats en sauce) font l’impasse sur l’origine de la viande. Seul un quart des produits à base de poulet porte la mention du pays d'origine, c'est la moitié pour les produits à base de porc.

Les produits à base de boeuf limitent la casse, on en connait la provenance dans 70 % des cas, même si, concernant les sauces bolognaises, on ne sait pas d'où vient la viande pour la moitié d'entre elles. Lorsque l'origine est indiquée, il s'agit dans 93 % des cas de viande française, un argument de vente pour les marques. Dans les cas où il n'y a aucune indication, il y a de bonnes raisons de penser que le poulet vient de Thaïlande, ou le boeuf d'Allemagne.

Indication de l'origine de la viande : est-ce si compliqué ?

Les industriels expliquent que cela représente pour eux un surcoût lié à la gestion des emballages. L'UFC-Que Choisir appelle à plus de transparence. S'agissant de la viande comme ingrédient d'un plat préparé, il n'y a encore aucune législation européenne. La France met la pression sur la Commission européenne, qui a seulement commandé un rapport, bien consciente du besoin d'information de la part des consommateurs après les scandales de ces dernières années, comme celui des lasagnes à la viande de cheval.

(Origines des viandes © Idé)