Neuf syndicats demandent le retrait du plafonnement des indemnités prud’homales

Dans un communiqué commun, neuf syndicats, dont la CFDT, la CGT et l'Unsa, ont demandé ce mardi le "retrait" de la "barémisation" des indemnités prud'homales pour licenciement abusif, prévu dans le projet de loi El Khomri.

(Dans un contexte de refus du projet de loi de Myriam El Khomri, la CGT recevait une réunion intersyndicale dans ses locaux afin d’échanger sur l’analyse de la situation sociale, économique et politique © MaxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Le texte est signé par les syndicats CFDT, CFE-CGC, CGT, FSU, Solidaires-Sud, Unsa, Unef, UNL et Fidl : ce mardi soir, dans un communiqué commun, neuf syndicats ont demandé le "retrait" de la barémisation des indemnités prud'homales pour licenciement abusif, prévu dans le projet de loi El Khomri. FO, présent, n’a pas signé. C’était la première fois depuis 2013 que l’intersyndicale se réunissait.

FO sera présent le 3 mars 

Les syndicats, lit-on dans le communiqué, ont constaté "que ce projet, élaboré sans réelle concertation, va profondément changer la législation du travail et comporte des risques pour les salarié-e-s et les jeunes qui aspirent à accéder à un emploi ". "FO n’a pas voulu signer le texte de sortie de cette réunion, leur position c’est de retirer la totalité " du projet de loi, a précisé Véronique Descacq, la secrétaire générale adjointe de la CFDT, ajoutant que Force ouvrière serait tout de même présent aux réunions suivantes, la prochaine étant le 3 mars.

L'idée n'est pas de faire grève "immédiatement" 

Les huit autres syndicats ont, selon elle, "convenu qu’il fallait qu’on approfondisse notre analyse du texte, qu’on travaille sur un certain nombre de contre-propositions ", l’idée n’étant pas de faire grève immédiatement mais de "peser sur le contenu du texte avant de rentrer dans le rapport de force ". La N°2 de la CFDT a précisé que les syndicats se sont mis notamment d’accord sur "le retrait du barème prud’homme et toutes les mesures qui permettent d’augmenter le pouvoir unilatéral de l’employeur ."