VIDEO. Balise GPS, téléphone portable : comment des mères pistent leurs enfants

Jean Chambry, pédopsychiatre, estime qu'il faut utiliser ces technologies le moins possible. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Pour les parents, l'heure est à la surveillance. Ils sont nombreux à suivre leur progéniture à la trace, à l'aide de téléphones portables. Une équipe de France 2 en a rencontrés.

Quand Mathilde, neuf ans, quitte la maison, c'est avec une petite balise GPS, accrochée au pantalon. "Elle me sert à me promener toute seule", explique la jeune fille. Grâce à l'appareil, la mère de l'enfant peut la suivre à distance, en temps réel. "Je vois qu'à 13h27 Mathilde a quitté la maison", rapporte cette mère de famille. "C'est une vraie tranquillité", lance la maman. Mais cette tranquillité a un prix : 99 euros pour six mois d'abonnement.

A utiliser le moins possible

Vanina, mère de Madeline, a elle accès au contenu du téléphone de sa fille. "Là je vois qu'il y a eu un SMS de fait à 8h36...à 8h36 elle était supposée être en cours. C'est une discussion que je vais pouvoir avoir avec elle", souligne la maman.

Tant que sa mère s'engage à ne pas lire ses messages, la petite fille accepte plutôt bien cette surveillance parentale. "C'est pour me protéger", affirme-t-elle. Mais Jean Chambry, pédopsychiatre, estime qu'il faut utiliser ces technologies le moins possible. Selon lui, "ce type d'outil pourrait laisser penser que l'environnement est extrêmement dangereux, ce qui va susciter des angoisses chez l'enfant".

Le JT
Les autres sujets du JT