La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a déclaré lundi 18 mars qu'elle n'était personnellement "pas favorable à une fiscalisation des allocations familiales". Elle a estimé que d'autres pistes de réforme étaient envisageables alors que le gouvernement doit annoncer prochainement des économies pour la branche famille de la sécurité sociale.

"Une réforme s'impose", a reconnu Marisol Touraine sur iTélé, insistant sur le besoin de "conforter la politique familiale mais de faire en sorte qu'elle atteigne ses objectifs". "Je ne suis pas certaine que l'organisation des prestations familiales telle qu'elle existe aujourd'hui soit parfaitement efficace", a-t-elle souligné.

La taxation des allocations familiales, évoquée par Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, est étudiée par le gouvernement. Mais Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, a assuré qu'il ne voulait "pas improviser là-dessus".

La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, à Paris, le 4 mars 2013.
La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, à Paris, le 4 mars 2013. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)