Méditerranée : deux parcs d'éolien flottant prévus au large de Fos-sur-Mer et de Leucate

Cet été, le ministère de l'Energie avait déjà désigné deux premiers lauréats. Ces projets sont soutenus via le Programme des investissements d'avenir.

Un prototype de turbine éolienne dans le port de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 23 janvier 2015.
Un prototype de turbine éolienne dans le port de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 23 janvier 2015. (BORIS HORVAT / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

On sait désormais où seront installés les deux nouveaux parcs pilotes d'éolien flottant en Méditerranée. Les deux nouveaux projets lauréats ont été rendus publics par le ministère de l'Energie, jeudi 3 novembre, dans un communiqué. L'intérêt des éoliennes flottantes est de permettre une installation en eau profonde, dans des zones très venteuses.

Au large de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et de Leucate (Aude)

Le premier, baptisé "Provence Grand Large", porté par EDF Energies nouvelles, filiale d'EDF dédiée aux énergies renouvelables, est situé au large de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Trois éoliennes de huit mégawatts sont prévues, toutes fournies par Siemens, et équipées de flotteurs développés par SBM Offshore et l'Institut IFP Energies nouvelles. Ce choix a été salué par le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy.

Le second projet, appelé EFGL, est mené par Engie, le portugais EDPR et la Caisse des Dépôts. Il est situé au large de Leucate (Aude) et prévoit quatre éoliennes de six mégawatts, fournies par General Electric et équipées de flotteurs construits par Eiffage.

Un projet destiné à s'étoffer d'ici 2023

Cet été, le ministère de l'Energie avait déjà désigné deux premiers lauréats : le projet porté par Quadran sur la zone de Gruissan en Méditerranée et le projet mené par Eolfi et le chinois CGN sur la zone de Groix en Bretagne. Ces projets sont soutenus via le Programme des investissements d'avenir.

La loi sur la transition énergétique prévoit l'installation d'ici 2023 de 100 MW de capacités d'énergies marines (éolien flottant, hydrolien, etc) et, selon un décret publié la semaine dernière, l'attribution de projets pour une puissance comprise entre 200 et 2 000 MW "en fonction du retour d'expérience des fermes pilotes et sous condition de prix".