Ségolène Royal décerne au magazine Elle la "palme du sexisme". C'est un article paru cette semaine sous le titre "Valérie Trierweiler et Ségolène Royal : première dame contre première femme ?" qui a provoqué la colère de l'élue PS. Sur son compte Twitter, samedi 26 mai au matin, elle a fait part de son mécontentement :

L'hebdomadaire Elle raconte dans le détail "les relations épineuses" entre l'ex-compagne de François Hollande et la nouvelle, Valérie Trierweiler. Il évoque notamment sa "jalousie" comme motif de l'absence de Ségolène Royal à la cérémonie d'investiture. Le magazine analyse les choix de la nouvelle Première dame qui veut rester journaliste "évidemment par peur de perdre une place où elle était heureuse et reconnue pour une autre bien incertaine". Citations de proches à l'appui, Elle évoque également Ségolène Royal, "la femme debout", autrefois "admirative de son compagnon comme une geisha".

Sans avoir recueilli la parole des trois intéressés, l'hebdomadaire féminin qualifie enfin d'"étrange vaudeville au sommet de l'Etat" la séparation de François Hollande et Ségolène Royal au profit de Valérie Trierweiler. La journaliste, elle aussi très active sur Twitter et n'hésitant pas à tancer ses confrères qui campaient devant leur domicile du 15e arrondissement de Paris,  n'a pas encore réagi à l'article de Elle.