Information ou divertissement ? "Le Petit journal" laisse perplexe la commission de la carte de presse, chargée d'attribuer le précieux badge. Interrogé par Arrêt sur images, son président, Eric Marquis, remet en question l'attribution de cartes de presse aux journalistes de l'émission de Canal+.

"Nous avons reçu leur demande de renouvellement de carte de presse, mais nous ne l'avons pas encore examinée. A titre personnel, je pense que la question de ce renouvellement peut se poser", explique-t-il, notant que " 'Le Petit journal' se trouve dans la rubrique 'divertissement' sur le site de Canal+".

Lancé en 2005, "Le Petit journal" de Yann Barthès passe au microscope, tous les soirs de la semaine, les faits et gestes des politiques et des people. Ses morceaux de choix ? Des scènes croustillantes, comme cette vidéo où Jacques Chirac drague une élue corrézienne sous l'œil furieux de son épouse Bernadette, ou des plan com' qui dérapent, comme le discours de Nicolas Sarkozy répété à l'identique à quelques années d'intervalle.

Plantu a sa carte, mais pas les auteurs des "Guignols de l'info"

Le travail des équipes mélange micro-trottoirs culottés et visionnage méthodique de vidéos politiques. Un mix efficace, mais un peu fourre-tout. "En tant que membre du SNJ (Syndicat National des journalistes), je suis assez réservé sur le mélange des genres, assez réticent au concept 'd'infotainment', explique Eric Marquis. Les auteurs des 'Guignols', par exemple, n'ont pas de carte de presse", au contraire, par exemple, des journalistes du Canard enchaîné ou de Plantu, le caricaturiste du Monde.

"Peut-être est-ce l'antériorité historique du journal papier qui joue", admet Eric Marquis. Du côté du PAF, "Le Petit journal" n'est pas le seul à poser question : "nous avons une liste de cinquante émissions de la TNT au sujet desquelles on se pose la question", précise-t-il. Canal+ n'a pas souhaité faire de commentaires.