La polémique autour de l'éviction d'Europe 1 du frontiste Jean Messiha en 4 actes

Selon "L'Express", Jean Messiha, ancien coordinateur du projet présidentiel de Marine Le Pen, sera remplacé par un autre membre du Front national. 

Jean Messiha lors d\'un rassemblement de l\'équipe de Marine Le Pen, à Lyon (Rhône), le 29 avril 2017. 
Jean Messiha lors d'un rassemblement de l'équipe de Marine Le Pen, à Lyon (Rhône), le 29 avril 2017.  (SERGE MOURARET / CITIZENSIDE / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"C'est un quiproquo." Mardi 29 août, la direction d'Europe 1 a confirmé que Jean Messiha ne serait pas chroniqueur régulier sur son antenne. L'annonce par l'animateur Christophe Hondelatte de la présence récurrente de ce membre du Front national dans son émission avait immédiatement suscité la polémique. 

Ancien énarque et haut fonctionnaire, Jean Messiha est connu pour tenir des propos très controversés sur Twitter. Prompt à relayer ou liker des tweets propageant des théories du complot, il avait également déploré, peu après l'attentat de Nice en juillet 2016, que les musulmans ne soient pas tous fichés S. Des déclarations qui lui ont valu une réputation pour le moins sulfureuse. 

Retour sur trois jours d'un couac médiatique. 

Acte 1 : Christophe Hondelatte annonce le recrutement de Jean Messiha

Tout commence vendredi 25 août. Christophe Hondelatte, qui prend les rênes d'une nouvelle version de son émission "Hondelatte raconte", tous les jours de 17 à 19 heures, sur Europe 1, livre quelques détails sur son concept, inspiré du "Grand Direct des médias" (déjà à l'antenne le vendredi). Interrogé par Europe 1, il promet "une séquence édito qui va un peu secouer les choses".

"On va faire appel à des gens allant de [la journaliste] Pascale Clark à Jean Messiha, en passant par [la directrice du Bondy Blog] Nassira El Moaddem ou Bruno Roger-Petit [qui n'était pas encore nommé porte-parole de l'Elysée], détaille l'animateur. J'ai créé une bande de sept personnes qui alterneront et interviendront pour dire leurs convictions."

Acte 2 : les anti-Messiha se font entendre

Dès le lendemain, une pétition est lancée pour empêcher l'arrivée à l'antenne du militant frontiste. Dans leur texte, ses créateurs disent refuser "d'accepter l'ignominie des propos frontistes sous couvert d'ouverture au débat". Mardi, la pétition avait reçu un peu plus de 800 soutiens. Mais l'indignation est largement relayée sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter, où Jean Messiha est connu pour être très actif. 

Alors que cet ancien coordinateur du projet présidentiel de Marine Le Pen pendant la campagne annonce sa collaboration avec la radio sur le réseau social, son tweet est aussitôt signalé comme "offensant". Et Jean Messiha de s'indigner à son tour face à "ceux qui disent se battre pour la démocratie et contre l'intolérance".

Christophe Hondelatte, lui-même sur Twitter, tente alors de défendre ce casting polémique, comme dans cet échange relevé par 20 minutes et dans lequel l'animateur refuse "les leçons de morale sur le FN" d'un confrère. 

Mais au sein même de la rédaction d'Europe 1, l'arrivée de Jean Messiha suscite une levée de boucliers. Selon un employé bien informé de la station cité par Buzzfeed, la rédaction a rapidement interrogé à ce sujet le vice-président d'Europe 1, Frédéric Schlesinger. Ce dernier assure aux journalistes que le frontiste "ne viendra pas" et, toujours selon cette source, "qu'il n'était pas au courant des projets de Christophe Hondelatte". La Société des journalistes de la station est saisie, alors qu'enfle la rumeur d'une éviction de Jean Messiha. 

"Christophe Hondelatte, de son côté, assure à Buzzfeed News que Jean Messiha sera bien à l'antenne le 30 août", poursuit le site. 

Acte 3 : la radio annonce son éviction

Mardi, Frédéric Schlesinger met un terme au suspense. "Il avait été question que [Jean Messiha] fasse partie d'un groupe d'invités récurrents" dans l'émission "Hondelatte raconte", mais après des échanges avec Christophe Hondelatte, et au vu notamment de certains tweets publiés par Jean Messiha, "j'ai décidé qu'il ne serait pas invité", explique-t-il. 

Selon L'Express, "ce sont notamment ses tweets sur le Bondy Blog, qu'il a régulièrement jugé 'antisémite', qui sont en grande partie responsables de son éviction, Nassira El Moaddem, la directrice du site, faisant elle aussi partie des nouveaux invités du programme"

Acte 4 : le FN s'indigne

"Patriotes, je veux des milliers de RT pour dénoncer l'inacceptable. PS, LR, Bondy Blog... tous peuvent parler sauf nous. #Europe1CensureMessiha", a réagi Jean Messiha sur Twitter, popularisant ainsi le mot-dièse #E1CensureMessiha. 

Pourtant, le militant frontiste sera remplacé par un autre éditorialiste estampillé FN, poursuit L'Express. L'énarque a estimé dans un tweet que son remplaçant serait forcément "plus confortable avec la bien-pensance", puisque "moins diplômé"