Une esplanade inaugurée en mémoire de Gilles Jacquier, reporter tué en Syrie

Notre confrère, grand reporter, est mort il y a cinq ans à Homs (Syrie), tué par un obus de mortier. La mairie de Paris a baptisé un lieu à son nom, dans le XIe arrondissement de la capitale.

Le journaliste Gilles Jacquier, dans un document diffusé par France Télévisions.
Le journaliste Gilles Jacquier, dans un document diffusé par France Télévisions. (REUTERS)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Une esplanade parisienne porte désormais le nom du grand reporter Gilles Jacquier. Lors d'une cérémonie, la mairie de Paris a dévoilé la plaque en mémoire de notre confrère, mardi 11 janvier. Le journaliste avait été tué en Syrie, il y a cinq ans jour pour jour, par un obus de mortier à Homs. "L'héroïsme des uns fait la liberté des autres", a commenté la maire de Paris, Anne Hidalgo.

L'esplanade est située dans le XIe arrondissement où habitait le journaliste, entre le 50 et le 56 de la rue de Charonne. Patrick Bloche, député et conseiller parisien, avait proposé cette dénomination au Conseil de Paris, en décembre.

Témoin des grands conflits pendant vingt ans

Gilles Jacquier avait rejoint le groupe France Télévisions en 1991. Au moment de sa mort, il tournait des images pour l'émission "Envoyé Spécial", laquelle lui rend hommage à cette occasion.

Témoin des grands conflits du monde pendant vingt ans, Gilles Jacquier a été récompensé par les prix les plus prestigieux, comme le prix Bayeux des correspondants de guerre en 2010 pour un reportage sur l’école en Afghanistan. Il avait également remporté le prix Albert Londres en 2003 pour sa couverture de l’opération Rempart à Naplouse, durant la seconde Intifada en Palestine.

Dans une ancienne interview, Gilles Jacquier revenait sur son expérience: "J'ai horreur de la guerre mais sur ces terrains, je peux faire de vraies rencontres. Le plus souvent, les gens sont très sincères face à une caméra."