La journaliste Audrey Pulvar le 15 juillet 2010 dans les locaux de France Inter à Paris. 
La journaliste Audrey Pulvar le 15 juillet 2010 dans les locaux de France Inter à Paris.  (MEIGNEUX / SIPA)

"Oups, erreur". C'est le message, accompagné d'une photo de pinceau à poudre, qui se substitue désormais à l'article de la journaliste de ELLE, Nathalie Dolivo, sur les "nouvelles égéries noires". Une disparition repérée par la journaliste Audrey Pulvar sur France Inter, jeudi 26 janvier.

Plus d'une semaine après sa publication, ce "décryptage" du magazine féminin sur l'influence de  l'arrivée d'Obama à la présidence des Etats-Unis sur les codes vestimentaires de "la communauté afro" a refait surface sur le web mardi et suscité de vigoureuses controverses.

Des excuses sont-elles une "option plausible"?

La journaliste y estime que "le chic est devenu une option plausible" pour les femmes noires, qui ont "intégré tous les codes blancs". "Voilà qui fera plaisir à Condoleeza Rice (ex-secrétaire d'Etat américaine), s'insurge la journaliste Audrey Pulvar dans sa chronique. Comme à des cohortes de Noirs, femmes et hommes, maires, députés, conseillers politiques de premiers plans, architectes, médecins, secrétaires, banquiers, policiers, juges, avocats, enseignants, cinéastes, comédiens on en passe et des meilleurs, se mouvant tous les jours dans leurs villes, leurs rues, leurs bureaux, leurs métros en affichant les mêmes codes vestimentaires que les milieux dans lesquels ils évoluent."

"Des excuses sont-elles une 'option plausible' pour ce journal ?"