Crise à I-Télé : réunion entre deux ministres et la direction au 29e de grève

Les ministres du Travail et de la Culture doivent rencontrer le président de Canal+ lundi 14 novembre pour tenter de mettre fin à la crise que traverse la chaîne I-Télé. Le même jour, les salariés ont entamé leur 29e jour de grève. Antoine Genton, président de la Société des journalistes (SDJ) espère beaucoup de cette rencontre.

Le journaliste Antoine Genton, président de la SDJ d\'I-Télé, le 17 octobre 2016.
Le journaliste Antoine Genton, président de la SDJ d'I-Télé, le 17 octobre 2016. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)
avatar
Radio France

Mis à jour le
publié le

Myriam El Khomri et Audrey Azoulay, respectivement ministres du Travail et de la Culture, s'emparent du dossier I-Télé. Elles doivent rencontrer la direction de Canal+ pour tenter de trouver une solution à la crise que connaît la chaîne de télévision.

"Il faut que ça avance" a déclaré le président de la SDJ d'I-Télé, Antoine Genton, invité de franceinfo le 14 novembre. "On espère que la réunion [lundi 14] entre la direction de Canal+ et les deux ministres permettra de faire avancer les choses", a-t-il affirmé.

"Nous sommes très unis depuis le début du conflit", a poursuivi Antoine Genton à propos des membres de la rédaction. "Le mouvement a été voté par 80 % des effectifs, ce qui montre la détermination des salariés à défendre ce en quoi ils croient, notamment l'indépendance éditoriale", a-t-il précisé.

"Il faut que ça avance. Les discussions continuent avec la direction, elles se sont un peu accélérées la semaine dernière, nous espérons qu’elles vont reprendre très rapidement et que nous allons enfin arriver à un accord", a répété Antoine Genton.

Parler avec la direction de Canal+

Le journaliste a expliqué avoir été reçu par Myriam El Khomri lundi dernier et par Audrey Azoulay jeudi dernier. "Elles nous ont dit qu’elles étaient préoccupées par les conditions de travail à I-Télé", a-t-il affirmé. "Quant à l’indépendance éditoriale, Audrey Azoulay espère bien, nous a-t-elle dit, faire respecter ce point en parlant avec la direction de Canal+ et éventuellement de Vivendi" selon lui.

"Une entreprise de média n’est pas une entreprise comme une autre", a souligné Antoine Genton. "Quand on donne de l'information, on a une responsabilité toute particulière, on informe les Français, les citoyens, donc il faut que cette information puisse être réalisée dans des conditions de rigueur, d’honnêteté et d’indépendance", a estimé le président de la Société des journalistes d'I-Télé.