VIDEO. Une minute de silence pas toujours respectée à l'école

Dans une soixantaine d'établissements scolaires, la minute de silence en hommage aux victimes des attentats a été perturbée. Reportage.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

Dans plusieurs établissements scolaires, la minute de silence observée jeudi 8 janvier en hommage aux victimes de l'attentat de Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts, a été perturbée ou n'a pas été suivie par certains élèves.

"Un soutien à une action criminelle"

"Les premiers propos choquants étaient que les meurtres étaient justifiés, car il était interdit, à leur avis, de faire des blasphèmes et donc d'insulter leur prophète par des dessins ou des paroles", explique Éric Bettancourt, enseignant de CM2 dans une école de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Dans un lycée parisien, certains jeunes ont perturbé la minute de silence. Les enseignants n'ont pas su comment réagir : "Je pense qu'ils ont été surpris par la violence, non pas physique, mais le chahut. On atteint un degré inadmissible dans le soutien à une action criminelle", développe Georges Benguigui, proviseur du lycée concerné, au micro de France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des personnes tiennent une pancarte après avoir observé une minute de silence sur le vieux port à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Des personnes tiennent une pancarte après avoir observé une minute de silence sur le vieux port à Marseille (Bouches-du-Rhône). (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)