Charlie Hebdo : rencontre avec Gérard Biard, rédacteur en chef

Deux ans après l'attentat contre Charlie Hebdo, l'équipe de l'hebdomadaire travaille désormais dans un lieu tenu secret. Tous les employés sont placés sous protection policière, notamment Gérard Biard, le rédacteur en chef.

Voir la vidéo
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Jeudi dernier, au pied des anciens locaux, un hommage est rendu aux douze victimes de Charlie Hebdo. Aujourd'hui, deux ans plus tard, Gérard Biard, le rédacteur en chef du journal n'a pas oublié, même s’il n'a jamais dit-il cédé à la haine : "A l'époque j'avais de la colère, mais aussi un sentiment d'injustice confie-t-il. De la haine non, parce que ça bloque, ça empêche d'avancer. (...) On sait que ça peut se reproduire, mais voilà, on fait un journal d'abord et avant toute chose. Quatre jours après l'attaque, l'équipe se remettait au travail ici dans les bureaux du journal Libération", indique-t-il.

"Tout est pardonné"

Un mois plus tard, elle présente le nouveau numéro de Charlie Hebdo qui surprend tout le monde, avec ce titre énigmatique : "Tout est pardonné", au-dessus du prophète Mahomet, la larme à l'oeil. "Au bout d'heures et d'heures de recherche, tous les dessinateurs et tout le monde en fait cherchaient comment au fond s'en sortir, dire quelque chose sans évidemment faire du pathos, sans que ce soit n'importe quoi", explique Gérard Biard. "Finalement cette Une nous a fait rire, parce que c'était une espèce de pied de nez, une grand merde lancée à ceux qui avaient fait ça".

Le JT
Les autres sujets du JT
Chloé Verlhac à Montreuil (Seine-Saint-Denis), le 15 janvier 2015.
Chloé Verlhac à Montreuil (Seine-Saint-Denis), le 15 janvier 2015. (MARTIN BUREAU / AFP)