Les prélèvements obligatoires vont battre des records en 2013 et 2014

Selon "Les Echos", le taux de prélèvement obligatoire en France atteindra 46,5% du PIB, une proportion jamais atteinte depuis les années 1960.

Photographie d'un avis d'imposition sur le revenu, le 7 septembre 2012 à Paris.
Photographie d'un avis d'imposition sur le revenu, le 7 septembre 2012 à Paris. (JOEL SAGET / AFP)

Mis à jour le , publié le

Pas de répit pour les impôts cette année et en 2014. Le poids des prélèvements obligatoires devrait ainsi augmenter de 4 milliards d'euros, selon Les Echos, lundi 15 avril. A la faveur, surtout, d'un "coup de rabot donné aux niches fiscales", évalué à 2 milliards d'euros par le quotidien.

"Le taux de prélèvement obligatoire atteindrait 46,3% de PIB en 2013 (prévision inchangée), puis 46,5 % en 2014, contre 44,9% fin 2012." Le taux de 44,9% avait déjà été atteint en 1999, mais un taux de plus de 46% représente un record absolu depuis les années 1960, comme le montre ce graphe compilant les données de l'Insee et celles obtenues par Les Echos pour les années 2012 à 2014.

Un effort sur les dépenses publiques visible en 2014

Autre indicateur surveillé, le niveau des dépenses publiques devrait également augmenter en 2013, malgré la volonté affichée du gouvernement de les contenir. Pour tenir ses objectifs en termes de déficit, ce dernier table sur une baisse à partir de 2014.

Selon Les Echos, après une hausse importante des prélèvements en 2013, "le redressement portera aux deux tiers sur les économies" en 2014. Avec, à la clé, des dépenses publiques qui baisseraient à 56,4% du PIB, contre 56,6% en 2012 et 56,9% en 2013.