Le marché des fleurs mis à mal par les contrefaçons

La contrefaçon de roses est si répandue qu'elle risque de mettre en péril la filière française.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Qui peut imaginer que derrière les jolis bouquets de vos fleuristes se joue un bras de fer économique qui pourrait mettre toute la filière française en péril ? Le marché pèse aujourd'hui 3 milliards d'euros par an en France, dominé par les roses. Et les plus célèbres fleurs au monde sont concurrencées par des contrefaçons. En effet, une rose sur trois en France serait contrefaite.

Au pavillon des fleurs de Rungis, on reçoit des cargaisons de toute la planète puis on les envoie chez les fleuristes en quelques heures. Et si les professionnels de la vente en gros sont conscients de l'existence de "faux" produits, ils ont eux-mêmes parfois du mal à ne pas se faire avoir.

Le fléau du trafic

Il existe pourtant quelques signes qui trahissent la contrefaçon : les boutons de rose des copies sont plus petits que ceux des vraies fleurs, et ils ne s'épanouissent pas. Le nombre et la variété de fleurs contrefaites est un véritable fléau sur le marché. Les producteurs qui inventent, élèvent et déposent des brevets sur les roses voient leur investissement personnel et financier mis en difficulté par les faussaires.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le marché aux fleurs de Rungis (Val-de-Marne), en novembre 2010.
Le marché aux fleurs de Rungis (Val-de-Marne), en novembre 2010. (MAXPPP)