Le gouvernement avait promis un coup de pouce, mais pas de forte augmentation pour le SMIC. Ce choix semble se confirmer : selon Les Echos à paraître vendredi 22 juin, le gouvernement se dirigerait vers une hausse de 2%.

Un tel chiffre reviendrait à anticiper la revalorisation qui doit intervenir le 1er janvier, et qui l'augmenterait automatiquement de 1,4% en alignement avec l'inflation, et à y ajouter un "coup de pouce" de 0,6%.

Le ministre du Travail, Michel Sapin, avait prévenu récemment que le coup de pouce serait limité, contrairement à ce que souhaitent les syndicats, notamment pour ne pas destabiliser les petites et moyennes entreprises. Le chiffre officiel sera annoncé avant la conférence sociale des 9 et 10 juillet.