La Commission européenne inflige une amende record de 2,42 milliards d'euros à Google pour abus de position dominante

Le géant américain est accusé d'avoir favorisé son comparateur de prix Google Shopping par rapport à ses concurrents, profitant de son quasi-monopole sur le marché des moteurs de recherche.

L\'extérieur du siège de Google à Mountain View (Californie), le 2 septembre 2015.
L'extérieur du siège de Google à Mountain View (Californie), le 2 septembre 2015. (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est un montant record. La Commission européenne a infligé, mardi 27 juin, une amende de 2,42 milliards d'euros à Google, pour abus de position dominante. Le groupe, dont le moteur de recherche est de loin le plus utilisé dans le monde, est accusé d'avoir abusé de cette position dominante pour mettre en avant son comparateur de prix, Google Shopping, dans les résultats des recherches, au détriment de la concurrence.

"Nous sommes respectueusement en désaccord"

"Ce que Google a fait est illégal au regard des règles de concurrence de l'UE. Elle a empêché les autres sociétés de livrer concurrence sur la base de leurs mérites et d'innover", a expliqué la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, dans un communiqué. "Et surtout, elle a empêché les consommateurs européens de bénéficier d'un réel choix de services et de tirer pleinement profit de l'innovation."

"Nous sommes respectueusement en désaccord avec les conclusion annoncées aujourd'hui", a répliqué Google dans un communiqué, expliquant envisager de faire appel de cette sanction.

Deux autres enquêtes en cours sur Google

La Commission européenne enquêtait depuis 2010, quand des rivaux de Google sur le marché des comparateurs de prix, comme l'américain TripAdvisor ou le français Twenga, ont déposé plainte. La firme est sous le coup de deux autres enquêtes pour abus de position dominante, toujours en cours : une sur sa plateforme publicitaire AdSense, l'autre sur son système d'exploitation Android.

L'amende annoncée lundi "a été calculée sur la base de la valeur des recettes que Google réalise grâce à son service de comparaison de prix dans 13 pays européens" où Google Shopping est déployé, a précisé la Commission européenne. Le montant aurait pourtant pu être bien plus élevé, car Google encourait une amende égale à 10% de son chiffre d'affaires, qui a dépassé 80 milliards d'euros en 2016.

Jusqu'ici, l'amende la plus importante infligée par Bruxelles dans un cas d'abus de position dominante s'élevait à 1,06 milliard d'euros pour Intel. L'an dernier, un autre géant américain avait été lourdement sanctionné par la Commission européenne : Apple avait été sommé de rembourser plus de 13 milliards d'euros à l'Irlande, qui lui avait accordé des avantages fiscaux jugés injustifiés.