GM&S : PSA refuse d'investir cinq millions d'euros pour le site, la reprise "en péril"

Le ministère de l'Économie et des finances a annoncé lundi que le groupe PSA refusait d'investir dans la modernisation de l'usine GM&S, dans la Creuse, compromettant ainsi la reprise du site par l'équipementier GMD. 

L\'usine GM&S, le 12 juillet 2017 à La Souterraine, dans la Creuse. 
L'usine GM&S, le 12 juillet 2017 à La Souterraine, dans la Creuse.  (PASCAL LACHENAUD / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le groupe PSA refuse d'investir cinq millions d'euros pour la modernisation de GM&S, mettant "en péril" la reprise de l'équipementier automobile creusois, a indiqué lundi 17 juillet le ministère de l'Économie dans un communiqué.

Lors de la réunion entre toutes les parties prenantes au dossier, le 11 juillet dernier, le numéro un français de l'emboutissage GMD indiquait reprendre le site à condition qu'il soit modernisé "à hauteur de 15 millions d'euros." "L’État et le groupe Renault ont confirmé leur volonté de financer chacun cinq millions d’euros, soit un total de dix millions d’euros", rappelle le communiqué de Bercy. Problème : le groupe PSA refuse d'en faire autant, et de mettre la main à la poche. 

Le groupe PSA a confirmé ce jour qu’il ne souhaitait pas participer à ce financement. Il manque donc cinq millions d’euros pour faire aboutir la reprise".

Le ministère de l'Économie et des finances

dans un communiqué

Le groupe PSA a réagi, et démenti dans un communiqué. "C'est incompréhensible et injuste", pour le constructeur automobile, qui assure avoir "confirmé un investissement de quatre millions d'euros dans du matériel". 

Alors qu'une audience "cruciale" doit se dérouler au tribunal de commerce de Poitiers mercredi 19 juillet, "l’État reste totalement mobilisé pour garantir la pérennité de l’activité de la société GM&S à la Souterraine. Il appelle tous les acteurs à la responsabilité et à éviter toute action pouvant mettre en péril la réussite de ces négociations", assure le ministère. GMD proposait de reprendre 120 salariés sur 277.