Panama : malgré les "Panama Papers", les banques vont mieux que jamais

Les actifs des banques ont progressé de 3,3% en 2016, atteignant un niveau record.

Des buildings à Panama City, la capitale de Panama, le 4 avril 2016.
Des buildings à Panama City, la capitale de Panama, le 4 avril 2016. (RODRIGO ARANGUA / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La météo est au beau fixe au Panama. Les actifs des banques basées dans cet Etat d'Amérique centrale ont dépassé les 120 milliards de dollars (112 milliards d'euros) en 2016, a annoncé, mercredi 15 mars, le Centre bancaire international de Panama (CBI). Il s'agit d'un montant record, atteint en dépit du scandale des "Panama Papers".

Les actifs du CBI, qui regroupe des banques panaméennes et étrangères, ont enregistré une hausse de 3,3% comparé à 2015. La situation du CBI est "solide et sûre, avec des fondamentaux très stables", a commenté le directeur de l'institution, Ricardo Fernandez.

Aucune poursuite liée aux "Panama Papers"

Le système financier panaméen a été durement critiqué après le scandale des "Panama Papers". Des millions de documents venant du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, publiés en 2016, ont mis en lumière l'argent caché par des dirigeants politiques, des sportifs ou des personnalités du spectacle par le biais de sociétés offshore, dans le cadre d'un vaste système d'évasion fiscale. Pour autant, personne n'a été poursuivi au Panama dans cette affaire.

Les deux fondateurs de Mossack Fonseca ont été placés en détention provisoire en février, mais dans le cadre du scandale de corruption d'Odebrecht, le groupe de BTP brésilien. Ils sont accusés de blanchiment de capitaux. Le gouvernement panaméen a pris depuis une série de mesures pour lutter contre la fraude fiscale et le blanchiment de capitaux.