Réforme de la CSG : le gouvernement annonce une baisse des cotisations salariales "en deux temps" en 2018

Cette réforme, qui vise à transférer les cotisations salariales vers la CSG afin de "répartir plus équitablement le financement de la protection sociale", devrait bénéficier "à 21 millions de Français", estime le ministère de l'Economie.

Le ministère de l\'Economie, des Finances et de l\'Industrie, le 15 mars 2017.
Le ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, le 15 mars 2017. (BERNARD JAUBERT / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le gouvernement a confirmé qu'il engagera en 2018 le transfert des cotisations salariales vers la CSG "afin de redonner sept milliards d'euros de pouvoir d'achat aux actifs", dans un communiqué diffusé mercredi. Selon Bercy, ce transfert vers la CSG "a pour objectif de répartir plus équitablement le financement de la protection sociale, afin d'alléger le poids qui pèse aujourd'hui sur les actifs".

L'exécutif estime que la suppression des cotisations salariales de 3,15% du salaire brut, financée par la hausse de la CSG de 1,7 points, donnera un "gain net de pouvoir d'achat de 1,45 % pour tous les salariés, soit 260 euros par an pour un salarié au Smic", poursuit le communiqué.

>> Salariés, fonctionnaires, retraités... Calculez l'impact des mesures fiscales de Macron sur votre fiche de paie

L'augmentation de la CSG sera effective dès le 1er janvier 2018. La suppression des cotisations salariales de 3,15% du salaire brut se fera, quant à elle, en deux temps : une première baisse des cotisations aura lieu le 1er janvier 2018 et une seconde à l'automne. 

"Ce choix d'étaler dans le temps pendant l'année 2018, en deux fois, la baisse des cotisations salariales (...) devrait permettre d'économiser quelques précieux milliards d'euros par rapport à la facture totale de cette réforme si la baisse totale des cotisations avait été immédiate", analyse le quotidien Les Echos dans son édition de mercredi.