Echange petite enveloppe contre bons procédés. La pénurie d'appartements s'accroît, et avec, les pots-de-vin demandés par certains agents immobiliers ou glissés par de futurs locataires pour mettre leur dossier en haut de la pile, à en croire une enquête du Parisien-Aujourd'hui en France publiée jeudi 14 juin.

"C’est à Paris, où l’on compte jusqu’à vingt demandes pour un seul bien, que la tentation est la plus grande", précise le quotidien, qui a réalisé un testing dans la capitale. "Chaque fois, nous attendions que l’agent immobilier évoque un arrangement. Le cas échéant, nous proposions à notre tour une somme en liquide, afin de 'favoriser' notre dossier. Le bilan est sans appel : oui, les tentatives de corruption existent", résume Le Parisien. Le quotidien donne un exemple : "Un agent nous a rappelés pour nous proposer de privilégier notre dossier, en échange de 900 euros en liquide."

Toutefois, certains agents immobiliers contestent cette pratique. "Nous étudierons l’ensemble des dossiers avec la même impartialité. Le fait de doubler les honoraires s’appelle de la corruption, et nous ne pratiquons pas cela", a ainsi indiqué par SMS un agent immobilier contacté par Le Parisien.