Immobilier : le succès des chambres de bonne

Le prix de ces petits espaces à la rentabilité assurée s'envole. Le reportage de France 2.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

 Au dernier étage des immeubles cossus, les chambres de bonne sont reconnaissables à leurs petites fenêtres. Paris en compte aujourd'hui 114 400. Des petits espaces très convoités qui s'achètent à prix d'or. Aurore Chevillotte-Foirssard, étudiante en histoire de l'art, habite au septième étage sans ascenseur dans une chambre de huit mètres carrés. Elle avait un petit budget pour se loger, sa mère a choisi d'acheter sa chambre de bonne. 70 000 euros pour une chambre vide et 15 000 euros de travaux.

10 000 euros le mètre carré

Les prix de ces espaces à l'achat sont au-delà du raisonnable. 10 000 euros le mètre carré. Une de ces chambres est vendue 98 000 euros, et ce bien trouvera très facilement preneur. "On a un besoin de logement qui est très fort  actuellement en France. On sait qu'il manque plus de 500 000 logements donc ce sont des prix qui peuvent paraitre hallucinants, mais qui sont adaptés à ce que la clientèle demande", explique Claude-Olivier Bonnet, patron de l'agence "Le bon agent". Le marché est pourtant un marché de niche. L'an dernier seuls, 1 700 biens de ce type se sont vendus à Paris.

Le JT
Les autres sujets du JT
La vitrine d'une agence immobilière à Lorient (Morbihan), le 4 mars 2014.
La vitrine d'une agence immobilière à Lorient (Morbihan), le 4 mars 2014. (MAXPPP)