La Fondation Abbé-Pierre dévoile un plan "zéro SDF" dans les villes d'ici dix ans

L'association assure que cet objectif peut être atteint en cinq ans dans les petites et moyennes villes et en dix ans dans les métropoles.

Un sans-abri dort sur le trottoir à Paris, le 16 janvier 2017.
Un sans-abri dort sur le trottoir à Paris, le 16 janvier 2017. (MARTIN BUREAU / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La Fondation Abbé-Pierre veut "en finir avec la vie à la rue". L'association dévoile, lundi 3 avril, un plan (PDF) pour qu'il n'y ait plus de sans-abri d'ici cinq ans, dans les petites et moyennes villes, et d'ici dix ans dans les métropoles. "Ce n'est ni démagogique, ni irréalisable", assure Manuel Domergue, directeur des études à la Fondation, dans les colonnes du Parisien. "On a les outils pour s'assurer que, si ce n'est zéro, au moins le nombre de SDF devienne marginal."

Ce plan, dont le coût n'est pas chiffré, appelle notamment à construire davantage de HLM. La Fondation estime qu'il faudrait financer 150 000 logements sociaux par an, contre 130 316 en 2016. L'association plaide pour que les familles en grande difficultés soient prioritaires, alors que le parc social mobilise "à peine 40% de sa capacité" pour ces ménages, selon la Cour des comptes.

Un garantie contre les loyers impayés

"Le logement social répond aujourd'hui à pas mal de situations de pauvreté de personnes en situation financière difficile, explique Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé-Pierre, à franceinfo. Mais on s'aperçoit que l'évolution des prix des HLM, même pour certaines personnes fragilisées, rend l'accès difficile. (...) Il y a un enjeu d'attribution aux plus fragiles, avec des conditions adaptées."

Pour lutter contre le mal-logement, la Fondation préconise également de lutter contre les expulsions en instaurant une garantie contre les impayés de loyer aux propriétaires. L'association appelle en outre à développer les pensions de famille, qui permettent aux personnes en situation de précarité d'être logés le temps de reprendre pied.