C'est une ségrégation des temps modernes. A Londres, des immeubles de luxe sont dotés de deux entrées séparées, rapporte le Guardian (article en anglais), le 25 juillet : une entrée vaste, moderne et luxueuse et une de service, appelée "poor door" (entrée des pauvres). 

Comment expliquer cette disposition ? Pour obtenir un permis de construire, les promoteurs britanniques doivent inclure des appartements aux loyers modérés à leurs projets immobiliers. Une façon de faire face à l'importante densité de Londres. Le Guardian évoque le cas d'un immeuble qui dispose d'une entrée, digne d'un hôtel de luxe, avec canapés et marbre. Au coin du bâtiment, dans une allée adjacente, se situe une autre entrée, aux milieux des commerces. Dans la première, se trouve la loge du concierge, dans la seconde, des caméras de vidéosurveillance. 

La distinction ne s'arrête pas là : "local poubelles et ascenseurs séparés, garages à vélos plus ou moins bien aménagés ou accès interdit au parking et à certains étages", rapporte Le Monde.fr. Si le maire de Londres condamne cette ségrégation, il refuse d'interdire cette pratique, expliquant qu'elle permet de ne pas augmenter les prix des logements.