Manifestation de VTC à Paris : les chauffeurs organisent une opération escargot vers Orly

Une centaine de chauffeurs de VTC se sont rassemblés porte Maillot à Paris avant d'entamer une opération escargot en direction d'Orly. Pour la troisième journée consécutive, ils protestent contre le traitement dont ils font l'objet de la part des sociétés de réservation en ligne.

Manifestation de chauffeurs de VTC, porte Maillot à Paris, le 17 décembre 2016.
Manifestation de chauffeurs de VTC, porte Maillot à Paris, le 17 décembre 2016. (Radio France - Mathilde Lemaire)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Une centaine de véhicules de transport avec chauffeur (VTC) étaient rassemblés porte Maillot, à Paris, samedi 27 décembre, selon franceinfo sur place. Vers 14h30, les manifestants ont pris la direction de l'aéroport d'Orly pour une opératione escargot. Ils veulent perturber les chauffeurs de VTC qui ne se sont pas mobilisés et qui travaillent pendant la période de départs en vacances.

Les chauffeurs de VTC manifestent depuis jeudi pour demander aux applications de mises en relations entre clients particuliers et chauffeurs de revoir leurs tarifs. Ils estiment que leur traitement est "une humiliation". Ce mouvement vise surtout la société Uber, dont la direction a accepté, vendredi, de rencontrer les représentants des chauffeurs de VTC. Uber emploie environ les trois-quarts des 20 000 VTC français. Les jours précédents, les chauffeurs avaient organisé des opérations escargots, notamment à proximité des aéroports de Roissy et d'Orly.

Le conflit a été émaillé d'incidents ces derniers jours. Dans la nuit de samedi à dimanche, un chauffeur de VTC a tenté de foncer sur un policier, dans le 9ème arrondissement, le blessant aux genoux. Ddans le 15ème arrondissement de Paris, un chauffeur de VTC a été pris pour cible par deux hommes alors qu'il allait chercher un client. En tout, six personnes ont été placées en garde à vue.

Samedi, la société Uber a annoncé qu'elle portait plainte "contre X et contre certaines personnes identifiées" après ces violences.