Blocage du terminal pétrolier Rubis à Grand-Quevilly près de Rouen

Les chauffeurs réclament une amélioration de leurs conditions de travail.

Les routiers en grève manifestent du côté du terminal pétrolier Rubis au Grand-Quevilly, le 20 janvier 2015. (Photo d\'illustration)
Les routiers en grève manifestent du côté du terminal pétrolier Rubis au Grand-Quevilly, le 20 janvier 2015. (Photo d'illustration) (MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La grève des conducteurs de camions transportant des matières dangereuses s'intensifie en Normandie, mardi 30 mai. Le terminal pétrolier Rubis, à Grand-Quevilly, est bloqué depuis 3h du matin dans le cadre d'un mouvement de grève national lancé par la CGT depuis vendredi, annonce France Bleu Normandie.

Les chauffeurs réclament une amélioration de leurs conditions de travail, notamment une durée journalière de travail maximale de 10 heures, un suivi médical semestriel spécifique, un taux horaire minimal de 14 euros de l'heure et un treizième mois.

Un des quatre sites stratégiques en Seine-Maritime

Le terminal Rubis de Grand-Quevilly est l'un des quatre sites stratégiques en Seine-Maritime. La Seine-Maritime est le premier département routier en termes d'effectifs et de tonnages transportés. Elle compte deux raffineries et deux dépôts pétroliers.

Le terminal pétrolier Rubis est un point d’importation et de distribution très proche de grands centres de consommation comme la région parisienne, tout comme celui de la CIM, la Compagnie industrielle et maritime, au Havre. Cette PME avait eu une importance capitale lors de la mobilisation contre la loi Travail. La CIM alimente en kérosène les aéroports parisiens et reçoit 40% des importations de pétrole brut en France.