Le coup est dur à encaisser pour les employés de Gad SAS, placé en redressement judiciaire en février. Le groupe charcutier s'est réuni en comité central d'entreprise extraordinaire à Rennes (Ille-et-Vilaine), vendredi 28 juin, et annoncé un plan de continuation, selon nos confrères de France 3 Bretagne.

En l'absence de repreneur, 930 postes sont menacés, sur un total de 1 700 employés, selon Ouest France. Le plan prévoit notamment la suppression de 850 postes dans un abattoir de Lampaul-Guimiliau (Finistère). D'autres emplois pourraient disparaître au siège, à Morlaix (Finistère), et à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

France 3 rappelle que le tribunal de commerce devra valider la fermeture de l'abattoir fin août. Interrogé par Ouest France, le secrétaire du CCE-FO, Olivier Le Bras, est très remonté : "C’est un hold-up. La Cecab [actionnaire majoritaire] a démantelé les meilleurs abattoirs bretons. On va essayer de trouver un plan B pour éviter cette casse."