Mobile : Free casse les prix

Après avoir savamment entretenu le buzz, le nouvel opérateur mobile Free a dévoilé son offre concurrente face aux historiques Orange, SFR et Bouygues : 19,99 € par mois, tout "illimité", sans engagement. Plus un forfait premier prix à 2 €. Mais encore...

(Benoit Tessier Reuters)
avatar
Cécile QuéguinerRadio France

Mis à jour le
publié le

Voilà le forfait que Free promettait, depuis l'obtention de sa licence mobile : 19,99 € par mois, 15,99 € quand vous disposez déjà d'une Freebox. Avec SMS, MMS, voix illimités (y compris sur 40 destinations mondiales -en Europe, dans les DOM, au Canada ou aux Etats-Unis- et 3 Go de data. "On vous presse comme des citrons, c'est nous les pigeons et on en a ras-le-bol de se faire arnaquer avec les prix les plus élevés d'Europe ", a-t-il lancé, à l'adresse directe de Orange, SFR et Bouygues, lors de sa conférence de presse. 

Des portables à vendre dès la fin janvier

Mais Xavier Niel, le patron de Free, en camelot high tech, a surtout voulu marquer le coup en lançant un forfait dit "social " à 2 € par mois, comprenant une heure de téléphone et 60 SMS. Un forfait qui tombe même à 0 € pour les abonnés à la Freebox. Forfait destiné "aux personnes qui n'ont pas les moyens et sur la tête desquelles on a tapé de manière scandaleuse ", affirme-t-il. Une manière de faire la nique au forfait RSA à 10 euros pour 40 minutes de voix et 40 SMS. Pour autant, Free précise qu'il sera possible d'y souscrire sans conditions de ressources. Il suffirait donc de se servir... dans la limite des forfaits disponibles (trois millions au total). 

Reste que ces offres, sans engagement, sont aussi livrées sans téléphone. Free annonce vendre néanmoins des appareils sur 12, 24 ou 36 mois sans frais. Et affirme, par exemple, que son forfait, ajouté à un iPhone 4S ou un Samsung Galaxy S2, reviendra encore "deux fois moins cher que chez Orange ou SFR ". Il peut être judicieux cependant de faire son propre calcul, en fonction de ses besoins, car le fameux iPhone 4Gs chez Free vous en coûtera 720 € (même sur 24 mois), contre un tarif subventionné autour des 150 € chez ses concurrents, à condition d'être engagé par un forfait chez eux.   

Le SAV, le "boulet" de Free

Il faudra aussi sans doute garder un oeil sur la qualité du service après-vente. Le SAV, "un boulet que traîne Free depuis des années ", selon le site 01net.com. Certes, l'opérateur a fait des progrès en la matière, mais pourrait encore s'y casser les dents. 

Reste enfin que les autres opérateurs, "jusqu'à cinq fois plus coûteux ", selon les calculs de Xavier Niel, vont sans doute revoir leur grille tarifaire, et s'aligner à la baisse dans les mois, voire les jours qui viennent.  Le PDG d'Orange Stéphane Richard a déjà assuré la semaine dernière qu'il tenait prêt "tout un arsenal de ripostes commerciales pour répondre rapidement aux offensives"  de Free.  La guerre est donc déclarée. D'ailleurs, sur le plan rhétorique, Xavier Niel a donné le ton le premier. Pour confirmer hier l'ouverture des inscriptions à ces nouvelles offres à 9h30 ce matin,  a tweeté le célèbre code des alliés lors du débarquement de 1944 : "Les sanglots longs des violons de l'automne bercent mon coeur d'une langueur monotone ".